Montbard : l’usine Valinox Nucléaire bientôt rachetée par Framatome ?

L’usine Valinox Nucléaire, qui appartient encore à Vallourec, pourrait être rachetée par Framatome.  Les deux entreprises devraient annoncer ce rachat à la fin du mois de mai.

L'usine Valinox Nucléaire est installée à Montbard depuis 1974.
L'usine Valinox Nucléaire est installée à Montbard depuis 1974. © MAXPPP

Aucune annonce officielle n’a pour l’instant été faite de la part de Vallourec, ni de Framatome, mais le rachat semble imminent. "C’est un processus en cours de finalisation", confie une source proche de ce dossier, qui ajoute : "un communiqué officiel devrait sortir à la fin du mois de mai".

L’usine métallurgique appartient pour l’instant au groupe français Vallourec, spécialisé dans la production de tubes en acier. Elle pourrait donc être rachetée par un autre fleuron de l’industrie française : Framatome, un leader dans le secteur du nucléaire qui compte 14 000 collaborateurs.

Des suppressions d’emploi ?

Ce rachat pourrait-il entraîner des suppressions d’emploi dans cette entreprise située à Montbard depuis 1974 et qui compte environ 250 salariés ? Aucune information officielle n’a pour l’instant filtré. Mais selon la maire de Montbard, Laurence Porte, ce rachat, s’il a lieu, pourrait être une bonne nouvelle.

"Framatome, fleuron de l’industrie française, rachète un autre fleuron de l’industrie française. Ça reste franco-français, c’est une bonne chose. Ça témoigne de l’importance industrielle de la filière nucléaire française. Et ça sécurise l’emploi, c’est très bien", affirme l’édile.

Les salariés attendent des garanties

Selon nos sources, les employés de Valinox ont été informés peu avant Noël du processus de rachat par le groupe Framatome. "On a appris cette nouvelle plutôt positivement. Quitter le groupe Vallourec est une grande réussite pour nous", explique Jean-Luc Demeereleere, délégué syndical CGT au sein de l'entreprise. 

Sur la question des suppressions de poste, les syndicats ont depuis nommé un expert. Ce dernier a estimé que le rachat pourrait entraîner une réduction des effectifs à 180 salariés, tous sur départ volontaire et sans aucun licenciement. La CGT entend alors veiller au maintien du savoir-faire et des compétences de travail de Valinox. "On nous dit qu'il y a un projet industriel et la volonté de préserver notre expérience, mais on a un rapport qui nous explique qu'il y aura des réductions d'effectif. On attend de rencontrer directement la direction de Framatome pour qu'elle nous éclaire sur le sujet", avance le responsable syndical.

Déjà un contrat Vallourec / Framatome en 2018

En 2018, Vallourec avait signé avec Framatome, déjà, un important contrat. Sa filiale, Valinox Nucléaire, était chargée de fabriquer 47 500 tubes pour équiper deux réacteurs nucléaires en construction en Angleterre.

Une bonne nouvelle à l’époque, qui éclaircissait l’horizon des salariés de Valinox Nucléaire. En 2016, l’entreprise avait en effet lancé un plan de restructuration, face à l’effondrement du prix du pétrole et à un carnet de commandes fortement touché.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie nucléaire environnement