Covid-19 : 645 personnes hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté, autant que le 26 mars lors de la première vague

645 personnes sont hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté en raison du coronavirus, selon les derniers chiffres disponibles datant du 26 octobre. C'est autant que le 26 mars, lors de la première vague de l'épidémie, alors que le confinement venait de débuter.

Au centre hospitalier universitaire de Dijon, le 18 septembre 2020.
Au centre hospitalier universitaire de Dijon, le 18 septembre 2020. © Romain Liboz / France 3 Bourgogne
On compte au 26 octobre 645 personnes hospitalisées dans les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté. La hausse du nombre de personnes soignées à l'hôpital pour cause de coronavirus est impressionnante ces derniers jours.

Le 1er septembre, seules 24 personnes étaient hospitalisées dans notre région. Un mois plus tard, le 1er octobre on en comptait 116. Depuis, la courbe s'est envolée : 241 hospitalisations le 14 octobre, 414 le 21 octobre, 645 le 26 octobre. C'est autant que le 26 mars, neuf jours après le début du confinement.

Pour les chiffres en réanimation, la hausse des derniers jours est également très importante. Au 26 octobre, il y a 94 personnes hospitalisées en réanimation dans les hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté. C'est autant que le 23 mars lors de la première vague. 
 
Si les infographies ne s'affichent pas, cliquez ici

Dans certains départements, le nombre d'hospitalisations atteint presque les maxima observés au mois de mars. En Saône-et-Loire, il y a au 26 octobre 226 personnes hospitalisées. Le chiffre le plus élevé lors de la première vague était de 243 hospitalisations simultanées, le 29 avril.

Dans le Jura, 105 personnes sont soignées pour coronavirus selon les derniers chiffres disponibles. Le pic observé dans le département était de 145 hospitalisations simultanées, le 17 avril.

 


Au niveau régional, le pic des hospitalisations avait été atteint le 17 avril, avec 1 380 personnes soignées simultanément. Pour les réanimations, le pic était quelques jours plus tôt, avec 295 personnes traitées le 7 avril. Rien ne dit que les chiffres de la seconde vague suivront la même dynamique qu'au mois de mars.

Entre mars et mai, un confinement général de la population avait été mis en place. En ce mois d'octobre, il est pour l'instant simplement question d'un couvre-feu pour 46 millions de Français. Il concerne 1,3 million de personnes en Bourgogne-Franche-Comté (en Côte-d'Or, en Saône-et-Loire et dans le Jura). Mais le masque s'est généralisé, alors qu'il n'était pas préconisé en population générale au début de la première vague.
 

Des "durcissements envisagés"

Le président Emmanuel Macron réunit mardi matin puis mercredi matin deux conseils de défense consacrés à la deuxième vague de l'épidémie. Son Premier ministre Jean Castex recevra mardi en fin de journée les responsables politiques puis les partenaires sociaux à Matignon.

Ces deux réunions autour de Jean Castex ont pour but d'évoquer "les durcissements envisagés dans la gestion de la crise sanitaire", a indiqué Matignon à l'AFP. Pour lutter contre une situation "critique", "deux hypothèses" sont sur la table, a estimé lundi le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy : "aller vers un couvre-feu plus massif" ou "aller directement vers un confinement", "moins dur" que celui du mois de mars. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société