DIRECT. Gilets jaunes : Besançon, Vesoul, suivez les blocages et interventions des forces de l'ordre en Franche-Comté

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot
A Vesoul, les gendarmes mobiles ont délogé les gilets jaunes ce mardi 20 novembre.
A Vesoul, les gendarmes mobiles ont délogé les gilets jaunes ce mardi 20 novembre. © France 3 Franche-Comté : Camille Saiseau

Où sont les gilets jaunes ce mardi 20 novembre ? Où interviennent police et gendarmes ?  Le mouvement contre la hausse des taxes sur le carburant est-il en train de s'essouffler ?  Suivi notre direct. 

19h00 : En images, le résumé de la journée à Vesoul

Gilets jaunes et forces de l'ordre ont joué au jeu du chat et de la souris. Ils affirment vouloir revenir demain. 
 

Vesoul : les forces de l'ordre délogent les gilets jaunes


18h30 : des gilets jaunes très mobiles toute la journée dans le Doubs

A Besançon et Montbéliard, les gilets jaunes ont changé de point de blocages se déplacant au fil des heures. A Autechaux le péage d'autoroute a été fermé. A Pontarlier, les gilets jaunes devaient juste se rassembler en fin d'après-midi Place d'Arçon. 


18h00 : le mouvement des gilets jaunes faiblit dans le Jura

Sur le terrain, environ 300 gilets jaunes étaient actifs ce mardi sur des points de barrage filtrant. A Montmorot, Ranchot, Rochefort-sur-Nenon, Gevry notamment. Aucune intervention des forces de l'ordre n'a eu lieu. 


17h00 : les blocages en Haute-Saône se dispersent

Les points de perturbations notamment à Vesoul et à Lure, sont dispersés ou en cours de dispersion, indique la Préfecture. 
Une vingtaine de tracteurs ont pris part aux actions qui ont mobilisé un nombre sensiblement plus réduit de participants.
Forces de police et de gendarmerie, renforcées par des gendarmes mobiles sont intervenues sur certains barrages.
Bilan de la journée : une femme instigatrice de deux manifestations illégales a été interpellée à Vesoul en vue de suites judiciaires.


16h00 : Les gilets jaunes bloquent le secteur de Grandvillars, Morvillars près de Belfort 

Les gilets jaunes étaient présents au niveau de la RN1019 à Grandvillars / Morvillars. Les camions ont été bloqués. 



16h00 : Fin du blocage de la plateforme Super U à Saint-Vit 

Les gilets jaunes délogés ce matin par là police à Besancon ont bloqué ensuite de 11h30 à 16h, la plateforme de Super U à Saint-Vit. Puis ils ont levé le camp direction les trois péages d'autoroutes, Planoise, Valentin et Marchaux pour les bloquer et les rendre gratuit à l'heure de sortie du boulot des usagers.
 


15h45 : Une femme gilet jaune interpellée à Vesoul

Cette manifestante des gilets jaunes a été remise en liberté par la police. La justice lui reproche l'organisation de deux manifestations illégales car non déclarées en Préfecture. La femme âgée de 21 ans sera jugée le 28 mars prochain. 


15h30 : La situation se tend à Vesoul, les gendarmes mobiles arrivent au rond-point de la Vaugine


14h00 : Les tracteurs dans la ville de Vesoul

Quelques tracteurs ont traversé la ville avec les gilets jaunes avant de se rendre vers le commissariat de police où une femme gilet jaune était convoquée. Des opérations escargots sont signalées également du coté de Belfort et du rond point de Roye en Haute-Saône. 



11h30 : Le mouvement des gilets jaunes marque le pas en Haute-Saône

Selon la Préfecture de Haute-Saône, quelques rassemblements, de moindre importance, ont lieu depuis le début de la matinée à Luxeuil-les-Bains, Lure et Arc-les-Gray, sans gêne particulière à la circulation.
Des tentatives de perturbations ont eu lieu à Vesoul avec un rassemblement au rond-point de l’intersection de la RD13 et de la RD457, qui a été dispersé par les forces de l’ordre.
Le Préfet de la Haute-Saône rappelle que toute manifestation qui a lieu sans avoir été déclarée et qui est susceptible de troubler l’ordre public, devient un attroupement et peut être dispersée.
En cas de non-respect de l’ordre de dispersion par les participants, des sanctions pénales d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende sont encourues.


11h00 : Les gendarmes mobiles interviennent à Vesoul

A Vesoul, peu après 11 heures, les gendarmes mobiles ont dispersé les gilets jaunes présents au niveau du rond-point du Leclerc Drive. Des gaz ont été utilisés, dans une ambiance assez tendue selon nos journaliste sur place.

Regardez notre reportage et l'interview d'Emmanuel Dupic, procureur de la République de Haute-Saône. 

 


10h00 : La police intervient à Besançon

Notre équipe est sur place. La police intervient pour libérer la voie de sortie des camions. Dans le calme . Une cinquantaine de gilets jaunes sur place depuis 7h ce matin dans une ambiance bon enfant. Les camions des sociétés Easydis et Jacky Perrenot ne pouvaient ni rentrer, ni sortir. La circulation reprend au compte goutte. Les gilets jaunes veulent se déployer ailleurs. 

 

Besançon : la police déloge les gilets jaunes



9h00 : Les gilets jaunes devant Easydis à Besançon

Ambiance calme et bon enfant devant la plateforme de logistique. Les gilets veulent y rester toute la journée. 


8h40 : Le ministre de l'Intérieur dénonce la dérive du mouvement 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a dénoncé ce mardi la "dérive totale" du mouvement des "gilets jaunes" débuté samedi. Christophe Castaner pointe une "radicalisation" et un "très très grand nombre de blessés".
"On voit bien aujourd'hui qu'on a une dérive totale d'une manifestation qui pour l'essentiel était bon enfant samedi. On voit qu'on a une radicalisation avec des revendications qui ne sont plus cohérentes, qui vont dans tous les sens", a déclaré le premier ministre sur France 2. 
Les manifestations, qui se poursuivent mardi matin en ciblant les autoroutes et les dépôts pétroliers, ont fait un mort et 528 blessés, dont 17 touchés grièvement.


8h30 : Des gilets jaunes désormais verbalisés en Haute-Saône

Hier, le Procureur de la République de Haute-Saône Emmanuel Dupic a annoncé une sanction pour les gilets jaunes qui bloqueraient la libre circulation sur les barrages. 
"Gilets jaunes" : le blocage des routes en Haute-Saône "désormais sanctionné" (procureur)
"Le délit d'entrave à la circulation des véhicules sur une voie publique (...) est puni d'une peine de 2 ans d'emprisonnement et de 4.500 euros d'amende", a rappelé le parquet dans son communiqué.
Selon le procureur, le droit de manifester "doit être concilié avec le respect du droit à la libre circulation (...) en particulier en semaine pour les travailleurs".


8h00 : Dans le Jura, évitez deux secteurs

Selon la Préfecture, les gilets jaunes sont déployés au rond-point du Rocher à Montmorot, à Rochefort sur Nenon et Gevry Choisey. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.