A McDonald's, l'eau filtrée 1800 fois plus chère que l’eau du robinet, un élu de Besançon interpelle le géant du fast-food

« L’Eau by McDo », servie en gobelet, serait similaire à l’eau courante « La Bisontine », d’après des analyses réalisées par le CHRU de Besançon. Des résultats brandis par Christophe Lime (PCF), vice-président du Grand Besançon Métropole.

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase… ou plutôt le gobelet en carton. La grande chaîne de fast-food étatsunienne McDonald's a remplacé ses bouteilles en plastique par de l’eau filtrée depuis avril dernier. Pour le géant de la restauration, l’annonce vise le « zéro plastique » en France et d’en économiser « près de 10 000 tonnes par an ».

Dans les restaurants du clown Ronald (McDonald, de son petit nom), plus question de demander des bouteilles d’eau en commandant son menu maxi best of, mais plutôt de l’eau filtrée. Il est aussi possible d'ajouter des arômes naturels. Et l’addition est aussi salée que les frites : 2,70 euros pour les 500mL soit 5,40 euros le litre. Une aberration pour Christophe Lime (PCF), vice-président du Grand Besançon Métropole : « Les qualités d’eau sont exactement les mêmes, il n’y a pas de purification miraculeuse de la part de McDonald’s pour justifier d’un tel tarif ! » Le mastodonte de la restauration rapide précise, cependant, que l'eau de courtoisie peut être demandée, et est servie gratuitement.

Des analyses au CHRU

Ce n'est pas le premier à faire remarquer cette différence. Cette fois, les faits sont étayés par des examens de plusieurs types d’eau. L’élu précise ainsi le protocole : « nous sommes venus faire des prélèvements dans des McDonald's. Nous avons demandé de l’eau vendue au prix annoncé, mais aussi de l’eau de courtoisie, c’est-à-dire de l’eau du robinet et nous avions aussi nos analyses d’eau classique sur l’intégralité de notre territoire. » Ces échantillons ont ensuite été donnés au CHRU de Besançon, pour être analysés.

Résultat : les deux eaux sont sensiblement les mêmes. « C’est sûrement immoral, mais c’est tout à fait légal de pouvoir vendre cette eau, reconnaît Christophe Lime. L’idée, c’est aussi d’informer la population qu’on peut avoir de l’eau du robinet – La Bisontine, sur le Grand Besançon Métropole – à un prix extrêmement dérisoire. » A savoir, 0,3 centimes/litre, comme le précise l'élu en charge des questions liées à l'eau. Soit 1800 fois moins cher que « L'Eau by McDo ».

En réponse, le leader du fast-food tient à préciser dans un message : « Le prix de vente de l’eau by McDo est dans la moyenne du marché des prix de l’eau filtrée vendue en restaurant. Les variantes aromatisées […] sont d’autant plus compétitives. »

Un coup d'épée dans l'eau ?

A Ecole-Valentin, donc, l’élu s’est présenté ce jeudi 18 novembre, avec sa carafe d’eau à la main, dans un établissement au grand M. La scène se joue au niveau des bornes de commande rapide dans un décor vide, où l’édile a pour seule compagnie la caméra de France 3 et des journalistes qu'il a convoqués. Puis, une employée de McDonald's arrive, surprise. « C’est gratuit ! », lance Christophe Lime en lui tendant le broc rempli du nectar de la discorde.

Coup de com’ politique ? Comme une goutte dans l’océan. Mais, pour sûr, il y a une volonté forte d’interpeler : « Aujourd’hui, nous vendons l’eau à 0,3 centimes/litre, quand ils la revendent entre six et sept euros. Donc pour un usager à la facture moyenne de 120 mètres cubes [litres], on la vend à peu près 400 euros. Eux, ils la vendent 800 000 euros ! » L'élu espère que McDonald’s laissera sur chaque table, une petite carafe. De Bisontine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société