Accident mortel Boulevard Léon Blum à Besançon : le conducteur roulait avec 1 gramme 35 dans le sang et à 140 km/h

Le procureur de la République, Etienne Manteaux, a convoqué la presse, en présence du Directeur Départemental de la Sécurité Publique, une semaine après l’accident qui a ôté la vie à une infirmière de 59 ans boulevard Léon Blum à Besançon le dimanche 19 septembre 2021.

« Je vais vous demander d'éteindre vos appareils, de ne pas filmer ce que je vais vous montrer ». Ce que le procureur Etienne Manteaux souhaite diffuser à la presse, c’est une partie de la bande de vidéo surveillance, qui, ce dimanche 19 septembre à 7h20, a sans doute été la première témoin de l’accident.

« Ici le feu vert du piéton, il passe au rouge » commente le procureur. « Maintenant le feu tricolore passe au vert pour la victime. La Peugeot blanche de madame s’approche, elle passe et le choc est terrible. Littéralement happée par ce véhicule qui arrive à une vitesse extrêmement soutenue ».

La victime était seule au volant et le choc intervient côté conducteur. « La violence du choc enfonce la portière qui arrive quasiment au levier de vitesse, anéantissant complètement la place conducteur et donc laisse aucune chance à la victime » analyse une nouvelle fois le procureur Manteaux. « Dès leur arrivée sur place, les policiers constatent qu’il n’y a plus rien à faire ».

Les images sont effectivement terrifiantes et elles le sont encore plus lorsque le procureur annonce les résultats des examens toxicologiques effectués sur les deux jeunes hommes à bord de la Polo et auteurs de l’accident « Le conducteur, âgé de 24 ans, présentait au moment de l’accident un taux d’imprégnation alcoolique de 1 gramme 35 dans le sang. Le compteur du véhicule montre qu’il roulait à 140 km/h. Le boulevard Léon Blum est limité à 50, malgré qu’il soit en deux fois deux voies » annonce le procureur Manteaux.

Une addition des transgressions

Les deux occupants ont été hospitalisés à l’hôpital Jean Minjoz de Besançon. Le conducteur présumé a été placé en garde à vue dès sa sortie de l’hôpital le samedi 25 septembre. « Compte tenu de ses blessures, le chauffeur restait faible et donc les enquêteurs ont fait intervenir rapidement un médecin qui a attesté que, malgré sa sortie de l’hôpital, son état était incompatible avec une mesure de garde à vue d’où la levée de sa garde à vue samedi et le fait qu'il ne soit pas encore entendu pour l’instant ».

« Feu rouge non-respecté, vitesse excessive, taux d'alcoolémie élevé, on a malheureusement ici le cocktail idéalement funeste pour causer ce type d’accident. On a un comportement tellement transgressif et hors du commun qu’il est difficile d’éviter les accidents » renchérit le Directeur Départemental de la Sécurité Publique (DDSP) de Besançon, Yves Cellier.

Le boulevard Léon Blum représente 14% des accidents corporel et matériel de la circulation à Besançon depuis trois ans. Le dimanche 19 septembre il a fait sa première victime.

Les images insoutenables de la caméra de vidéo-surveillance « seront visionnées lors du procès » a souligné le Procureur.

Quant au passager, il est toujours hospitalisé.

Rappel des faits

Les sapeurs-pompiers ont été alertés à 7h20, ce dimanche 19 septembre au matin, à Besançon. Boulevard Léon Blum, au croisement de la rue Francis Clerc, deux véhicules, une Peugeot 207 et une Volkswagen Polo se sont violemment percutées. La conductrice de la Peugeot, une dame âgée de 59 ans, qui descendait la rue Francis Clerc, est décédée sur le coup. 

Dans le second véhicule, les secours ont trouvé deux blessés en urgence absolue, âgés de 24 et 25 ans. Ils ont été transportés au CHU Mingoz. 

L'identification du conducteur de la Polo a laissé lieu à un flottement pendant quelques temps. Mais selon des sources policières, il s'agirait bien de l'un des deux jeunes rapidement transportés à l'hôpital. Selon les premières indications trouvées sur place, leur voiture roulait à très grande vitesse (le compteur se serait arrêté à 140 km/heure) dans le sens Vesoul-Chalezeule, alors que la Peugeot était à petite allure, et venait vraisemblablement de démarrer après s'être arrêtée pour un feu rouge. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers