Cet article date de plus de 3 ans

Besançon : l'Association Judéo Musulmane de France appelle à "vaincre la haine"

La section bisontine de l'Association Judéo Musulmane de France a appelé à un rassemblement au pied de la statue de Victor Hugo à Besançon pour rendre hommage à Mireille Knoll et réaffirmer son refus de la haine. 
Rassemblement de l'AJMF à Besançon
Rassemblement de l'AJMF à Besançon
C'est pour "vaincre la haine" que cette association s'est constituée en 2005 pour tenter d'enrayer l'escalade des affrontements entre jeunes Juifs et Musulmans en 2003 en région parisienne. Après Paris, Besançon est la première ville a avoir créé une antenne locale de cette association. Aujourd'hui, dix antennes existent en France et celle de Besançon fait figure de modèle. "Nous organisons des activités conviviales, explique Marc Dahan. par exemple lorsque les fêtes de Yom Kippour et l'Achoura sont tombées au même moment, nous avons partagé un jour de jeûne". 

Pour Tahar Belhadj, membre fondateur de l'AJMF et président de la Fédération du Grand Est de la mosquée de Paris, "chaque mal à son remède. Notre force, notre muraille, c'est notre union. "Ils" prospèrent sur le terreau de la division. C'est à nous de stopper cettte idéologie nocive". "Ils", ce sont ces hommes et ces femmes, qui tuent au nom de leur Dieu. Dans son discours, Marc Dahan, a rappelé les noms de victimes de l'anti sémitisme : Ilan Halimi, Sarah Halimi et Mireille Knoll. Et de citer les propos du fils de Mireille Knoll : 

Il faut que nos amis musulmans viennent avec nous. La haine, ça suffit !


Les amis muslmans ont répondu présents en cette fin d'après-midi à Besançon. Dans son allocution, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, déclare que :

Le caractère antisémite avéré de ce meurtre est dénoncé et condamné par l'ensemble des Musulmans de France. 

Le militants de la LICRA aussi. Cette association s'est associée à l'AJMF pour organiser ce rassemblement Place des droits de l'Homme. Les Chretiens représentés par le pasteur protestant Pierre-Emmanuel Panis et le père Banet, chargé pour les catholiques de l'oecuménisme et des relations avec la communauté juive, ont tenu à exprimer leur solidarité. 

Ce soir, les Juifs pratiquants vont commencer à célébrer une des fêtes les plus importantes de l'année : Pessah, le rappel du passage de la mer Rouge mettant fin à l'esclavage chez les Egyptiens. Une forme de libération dont la quête n'est jamais achevée. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers religion société