• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : après l'Hôtel de Police, Christophe Castaner visite le nouveau commissariat de Planoise

Christophe Castaner à son arrivée à Planoise, à Besançon. / © Sébastien Poirier
Christophe Castaner à son arrivée à Planoise, à Besançon. / © Sébastien Poirier

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu mercredi matin à l'Hôtel de Police en centre-ville. Il a ensuite inauguré le nouveau commissariat du quartier de Planoise où 5 personnes ont été interpellées. 

Par Florence Cicolella

Depuis le petit matin, le déploiement important de forces de l'ordre ne laissait aucun doute sur les lieux où était attendu Christophe Castaner. Ainsi peu après 9h30, le ministre de l'Intérieur s'est présenté à l'Hôtel de Police accueilli, comme il se doit, par les élus LREM, le maire Jean-Louis Fousseret et les députés Fannette Charvier et Éric Alauzet. 

Une fonctionnaire de police a commencé par expliquer à Christophe Castaner les améliorations réalisées récemment dans l'Hôtel de Police pour l'accueil du public, et notammemnt une population particulièrement vulnérable, les femmes victimes de violences conjugales. Le personnel a été formé pour gérer en urgence leur cas et leur offrir un espace d'écoute à l'écart.

Le commissariat de Besançon (comme celui de Dijon) avait été épinglé il y a quelques mois pour sa mauvaise gestion justement des violences conjugales par un collectif féministe (Cf. article ci-dessous).
 
Un point est fait sur le développement de la pré-plainte en ligne et de la prise de rendez-vous en ligne, avec une pharmacienne présente sur place car on lui a volé des brosses à dents électriques. 

Enfin, des explications plus fournies sont données au centre de commandement et d’information. La vidéosurveillance des 196 caméras du Centre-Ville est ici décryptée. 
 
La visite de Christophe Castaner à l'Hôtel de Police de Besançon
Le Ministre de l'Intérieur découvrait les améliorations que les fonctionnaires de Police ont voulu réaliser en matière d'accueil du public et le recueil de plaintes. Reportage de Michel Buzon, Thierry Chauffour, Florence Petit et Rémy Bolard.

Inauguration du commissariat de Planoise 

Le but premier de la visite de Christophe Castaner était l'inauguration du nouveau commissariat dans le quartier de Planoise, qui compte 20 000 habitants. 15 policiers doivent y assurer depuis novembre 2018 au plus près de la population des missions de lutte contre la délinquance et le trafic de stupéfiants. Ce nouveau commissariat émane de la Police de Sécurité du Quotidien lancée par Gérard Collomb au début du mandat d'Emmanuel Macron. 

D'aucuns affirment que cette PSQ est juste une résurgence de la police de proximité mise en place par Lionel Jospin et démantelée au début des années 2000. 

 
Besançon Planoise : un nouveau commissariat au cœur du quartier
Lancée par Gérard Collomb, la Police de Sécurité du Quotidien s'incarne depuis novembre 2018 dans un nouveau commissariat dans le quartier sensible de Planoise à Besançon. Quinze policiers tentent d'y renouer des liens avec la population. Reportage de Jean-Luc Gantner et Sophie Réthoré


Cinq interpellations en marge de la visite de Christophe Castaner


Cinq personnes ont été interpellées pour "outrage et rébellion" en marge de la visite de Christophe Castaner et placées en garde à vue, a indiqué la préfecture du Doubs.
Selon le quotidien L'Est Républicain, les personnes interpellées faisaient partie d'un groupe d'une vingtaine de "gilets jaunes" qui ont tenté, en vain, de s'approcher du cortège du ministre.

Lors de sa visite, le ministre est revenu sur la controverse autour de l'usage des LBD, les lanceurs de balle de défense utilisés par les forces de l'ordre.  Les caméras-piétons qui équipent depuis peu les forces de l'ordre utilisant des lanceurs de balles de défense (LBD) permettent de "responsabiliser" les policiers, a estimé mercredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.
Filmer les conditions d'intervention permet "d'établir les faits et de ne pas se contenter de quelques images volées qu'on aurait pu voir apparaître" et "de responsabiliser (...) le policier", a indiqué le ministre. 
    
Face à la controverse autour du LBD, accusée d'avoir causé de graves blessures le Ministre de l'Intérieur avait annoncé fin janvier que les policiers et gendarmes utilisant cette arme seraient désormais équipés d'une caméra-piéton.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les recherches de l'INRA à Chaux-des-Prés (39)

Les + Lus

Les + Partagés