• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : une exposition ludique et participative pour mieux comprendre les genres

© Morgane Hecky - France 3 Franche-Comté
© Morgane Hecky - France 3 Franche-Comté

Le Gymnase-espace culturel de Besançon accueille au Fort Griffon une exposition ludique et participative du 6 février au 24 mars. GenreS ! propose au public un cheminement pour mieux lutter contre les stéréotypes en sensibilisant à l’égalité et à la mixité.

Par Morgane Hecky

Le Gymnase-espace culturel de l'Université de Franche-Comté surplombe la ville de Besançon depuis le Fort Griffon. Situé dans les hauteurs du quartier Battant, cet ancien monument militaire datant du XVIᵉ siècle est devenu un lieu d'expositions, de spectacles, de performances et de concerts. Du 6 février au 24 mars, vous pouvez y retrouver l'exposition genreS !. Elle aborde de manière ludique et participative les stéréotypes entourant cette question, en sensibilisant à l’égalité et à la mixité.
 

Produite par l’université de Franche-Comté, genreS ! est l’une des actions du Projet Interrégional Laboratoire de l’Égalité (PILE), porté conjointement par l’université de Franche-Comté et l’université de Genève. L'exposition propose de soulever des questions portant sur la mixité et l'égalité des sexes. Elle a été imaginée ludique et didactique, car elle est accessible dès l'âge de 5 ans. Le visiteur se promène dans le gymnase-espace culturel qui a été repensé comme une maison, pour lui permettre de vivre une expérience des plus immersives. D'une pièce à l'autre, on y retrouve différents objets du quotidien et les normes genrées que l'on y associe.
 

L'exposition se concentre sur deux axes : l'un sociologique et l'autre linguistique. La langue française se compose de deux genres qui sont le masculin et le féminin, contrairement à la langue allemande qui compte un troisième genre neutre. L’université de Franche-Comté a décidé de questionner cette thématique, en y associant un côté ludique grâce à la création de petits ateliers.

 

Temps d'échanges 


Des temps d'échanges sont proposés tous les samedis au public à l'occasion de cette exposition. Découvrez le programme :
 
  • 9 février
    Rencontre avec Éliane Viennot, professeure de littérature française de la Renaissance à l'Université Jean Monnet (Saint-Etienne) et membre honoraire de l'Institut universitaire de France. Militante féministe depuis les années 1970, elle abordera, pour ce rendez-vous, les retrouvailles de la langue française avec l'usage du féminin.
     
  • 16 février
    Dialogue décalé, sur les livres et les créations textiles entre Curtis Putralk (Viviana Méndez Moya), personnage trans et Julia Peslier, chercheure et maîtresse de conférence en littérature comparée à l’université de Franche-Comté. Ou comment aborder les questions de genres avec humour et poésie.
     
  • 23 février
    Lectures Qu'ouïr ? Des textes qui dégenrent. Lecture-rencontre mise en musique, par le collectif XYZ qui propose de repenser les normes genrées.
     
  • 2 mars
    Atelier jeune public + goûter. À partir de 5 ans. On manipule, on colle, on observe et on se questionne, il y en aura pour tous les goûts et tous les genres !
     
  • 8 mars : Journée des droits des femmes
    Venez fabriquer un objet qui vous ressemble ou en hommage à une femme qui vous a marqué.
     
  • 9 mars
    Rencontre avec Élodie Bouygues, chercheure et maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Franche-Comté, qui propose une réflexion sur le traitement des genres dans la littérature jeunesse.
     
  • 16 mars
    Rencontre avec l’artiste Guillaume Bertrand qui présente l’installation créée pour l’exposition : hommage à Margaret Hamilton…
     
  • 23 mars
    Lecture jeune public suivie d’un échange + goûter. À partir de 5 ans. Des livres pour se découvrir et se questionner.
 


 

Infos pratiques

Mardi au vendredi : 15h à 18h 
Samedi au dimanche : 14h à 17h
Entrée libre et gratuite
Gymnase-espace culturel - Fort Griffon - Besançon

A lire aussi

Sur le même sujet

Santé : l’endométriose encore mal diagnostiquée

Les + Lus