Besançon : près de 2000 manifestants contre l''extension du pass sanitaire et le vaccin obligatoire pour les soignants

Prés de 2000 personnes manifestent ce samedi après-midi à Besançon contre la vaccination obligatoire pour les soignants et le pass sanitaire en scandant "Macron démission" ou "liberté, liberté".
Manifestation anti pass sanitaire et contre le vaccin obligatoire pour les professionnels de la santé à Besançon le 17 juillet 2021
Manifestation anti pass sanitaire et contre le vaccin obligatoire pour les professionnels de la santé à Besançon le 17 juillet 2021 © I.Brunnarius

Réunis sur la place de la Révolution à partir de 14 heures, les manifestants, vaccinés ou pas, ont commencé à défiler par le centre ville de Besançon puis ils ont longé les quais du Doubs avant de revenir dans la Boucle en direction de la préfecture. Arrivés rue de la Préfecture, la tension est montée d'un cran et des manifestants ont reçu du gaz des grenades lacrimogènes par la Police Nationale qui bloquait l'accès à la Préfecture alors qu'une partie des manifestants s'était dispersée et que la tête de cortège poussait les forces de l'ordre. 

Manifestation à Besançon : "Vaccination à qui voudra, pass sanitaire on en veut pas !"

En tête de cortège, des slogans anti-Macron sonnent comme des leitmotivs au micro du gilet jaune Frédéric Vuillaume . La revendication la plus partagée se résume en un mot "liberté !". 

A Dijon, la mobilisation était beaucoup plus faible qu'à Besançon. D'après l'AFP, 700 personnes ont défilé dans les rues du centre ville de la capitale bourguignonne.

Alors que selon l'ARS,  43.9% de la population de notre région est vaccinée , ces nombreux manifestants défilent pour marquer leur défiance à l'égard des mesures gouvernementales. "Tu obéis à tout pour que cela s'arrête mais c'est parce que tu obéis à tout que ça continue. Combat pour le futur" peut-on lire sur une des pancartes brandie par un des refractaires au plan sanitaire. 

Alors que les files d'attente s'allongeaient devant les centres de vaccination au lendemain des annonces présidentielles du lundi 12 juillet, les manifestants ont voulu afficher leur refus de rendre obligatoire le vaccin contre la covid 19 obligatoire pour les professionnels de la santé.

 

Au total, le ministère de l'Intérieur a recensé 136 rassemblements qui ont concerné 114.000 personnes: 18.000 à Paris réparties en plusieurs cortèges et 96.000 dans le reste du pays. En tête d'un des défilés parisiens, où fleurissaient les drapeaux français, figuraient l'ex-numéro
2 du Front national Florian Philippot, la députée ex-LREM covidosceptique Martine Wonner, le chanteur Francis Lalanne ou encore l'ex-égérie "gilets jaunes" Jacline Mouraud.Quelques tracts détournant l'étoile jaune avec la mention "pass sanitaire" étaient également visibles à Paris. 

A Besançon, quelques manifestants avaient poussé la provocation en aposant sur leurs vêtements ce que les nazis avaient imposé aux Juifs pendant la seconde guerre mondiale. 

Dans un communiqué, l'ARS rappelle que le variant Delta représenterait désormais six cas positifs Covid-19 sur dix en Bourgogne-Franche-Comté. Un variant devenu majoritaire dans tous les départements, à l’exception, à ce jour, de la Haute-Saône et de l’Yonne". Soit environ 170 personnes, pour 289 hospitalisées. 22 patients sont dans les services de réanimation. Le coronavirus touche actuellement en moyenne 20 personnes sur 100 000 dans la région. Le seuil d'alerte est fixé à 50 personnes sur 100 000. A noter que le taux d'incidence grimpe dans l'ensemble des départements. Il a notamment doublé en Côte d'Or, et triplé dans le Territoire-de-Belfort.

 

 

    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé vaccins - covid-19 société