Besançon : Quatre hommes en garde à vue pour l'incendie de la fourrière, l'enquête s'annonce longue et complexe

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon / © Philippe Arbez - France Télévisions
Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon / © Philippe Arbez - France Télévisions

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon a détaillé lors d'une conférence de presse ce mercredi 15 janvier les interpellations effectuées lors d'une opération de police. Les quatre hommes nient les faits. 

Par Sophie Courageot

Cinq personnes au total ont été interpellées mercredi 14 janvier par la police dans le quartier de Planoise et  celui de Montrapon selon nos informations.


Quatre Bisontins sont suspectés d'être impliqués dans l'incendie criminel de la fourrière


Une personne a rapidement été mise hors de cause et remise en liberté. Quatre Bisontins âgés de 18 à 30 ans sont toujours en garde à vue pour destruction par incendie en bande organisée. Un crime pour lequel les suspects, s'ils sont mis en examen encourent une peine de 20 ans de prison, a précisé le Procureur de la République.

Les gardes à vue ont été prolongées pour l'instant à 48 heures, elles pourraient l'être jusqu'à 96 heures. On s'oriente selon Etienne Manteaux vers une ouverture d'information judiciaire et la désignation d'un juge d'instruction pour piloter l'enquête. 

Les hommes interpellés sont tous des Bisontins. "Ils n'avaient pas de gros casiers judiciaires" explique le Procureur. Ils contestent leur implication dans l'incendie criminel de la fourrière survenu le 31 décembre 2019 vers 9h39. Trois hommes armés et cagoulés avaient mis le feu à une voiture volée. L'incendie s'est rapidement propagé au reste du parking. 160 véhicules ont brûlé. Les fumées ont endommagé les commerces à proximité qui resteront fermés plusieurs mois.
 

Le feu est monté à 800 dégrés, détruisant les indices


"Ce sera une enquête longue et complexe, en terme d'élucidation compte tenu de l'incendie de grande envergure et de la difficulté à recueillir des éléments pour la police scientifique et technique. L'objectif c'est d'élucider cet incendie criminel. Il faut que tous les auteurs soient traduits devant la justice" a déclaré Etienne Manteaux. 

Quant à la question de savoir si l'incendie de la fourrière et les coups de feu en série depuis le 20 novembre dans le quartier de Planoise sont liés, le Procureur estime que ce lien ne peut ni être exclu, ni confirmé à ce stade de l'enquête. Elle est menée par la police judiciaire et la surêté départementale. Les enquêteurs qui travaillent sur les coups de feu et l'incendie sont les mêmes. 

Pour procéder aux interpellations mardi 14 janvier en pleine nuit à 6 heures du matin, les policiers bisontins ont reçu le renfort des antennes du Raid de Nancy et Dijon et d'un groupe de la BRI (la brigade de recherche et d'intervention). 

Ce mercredi 15 janvier, un rassemblement citoyen est prévu à 14 heures Place Cassin où le parking de la fourrière est parti en fumée. De nombreux habitants ont perdu leurs voitures dans l'incendie volontaire. A 17 heures, la mairie et le Préfet organise une nouvelle réunion d'information pour les habitants de Planoise, elle se tiendra au centre Mandela. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus