Incendie de la fourrière de Besançon : 3 hommes en garde à vue après l'intervention des forces spéciales de police

Deux semaines après l'incendie criminel de la fourrière et après une série de coups de feu liés aux trafics de stupéfiants dans le quartier de Planoise, une vaste opération de police s'est déroulée ce mardi 14 janvier. Trois interpellations ont eu lieu. Les gardes à vue sont toujours en cours.

Une série d'interpellations menées par la police, le Raid et la BRI ce mardi 14 janvier dans le quartier Planoise à Besançon.
Une série d'interpellations menées par la police, le Raid et la BRI ce mardi 14 janvier dans le quartier Planoise à Besançon. © Franck LALLEMAND - maxPPP
Trois hommes sont en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'incendie criminel du parking de la fourrière située sous la place Cassin. "Ils sont suspectés d'avoir participé de façon générale à ces faits", a précisé le Procureur de la République Etienne Manteaux, qui n'a pas souhaité donner davantage de précisions sur le nombre total de personnes interpellées par les forces spéciales.

Ce matin devant le commissariat, on pouvait voir des policiers gantés et cagoulés. L'opération venait de se terminer.  Une soixantaine de policiers sont intervenus dès 6 heures, en pleine nuit.

Sur ces opérations qui ciblaient Planoise mais aussi le quartier de Montrapon, la police a opéré  avec le soutien des hommes du RAID venus de Strasbourg et de Nancy. 

La BRI, la Brigade de recherche et d'intervention de Dijon était présente ainsi qu'une équipe cynophile de la gendarmerie. Nos confrères de l'Est Républicain, ont pu assister à l'extérieur au déploiement des forces de l'ordre lourdement armées. 
 
Des hommes lourdement armés ont mené une opération dans le quartier de Planoise.
Des hommes lourdement armés ont mené une opération dans le quartier de Planoise. © Franck LALLEMAND - maxPPP

Les suspects, appréhendés à leur domicile sont âgés d'une vingtaine d'années. Ils sont connus de la police pour divers méfaits. Ils sont en garde à vue pour destruction par incendie. Si le caractère en bande organisée est retenu par la justice, les gardes à vue pourraient durer jusqu'à 96 heures. 

L'enquête est menée conjointement par la police judiciaire et la surêté départementale de Besançon. 
 
 
Les hommes de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Dijon et Nancy étaient présents.
Les hommes de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Dijon et Nancy étaient présents. © Franck LALLEMAND - maxPPP
Les opérations se sont déroulées de nuit vers 6 heures dans le quartier de Planoise où plusieurs suspects ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur l'incendie criminel de la fourrière de Besançon, le 31 décembre 2019.
Les opérations se sont déroulées de nuit vers 6 heures dans le quartier de Planoise où plusieurs suspects ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur l'incendie criminel de la fourrière de Besançon, le 31 décembre 2019. © Franck LALLEMAND - maxPPP
L'opération d'interpellation a été menée à 6 heures du  matin.
L'opération d'interpellation a été menée à 6 heures du matin. © Franck LALLEMAND - maxPPP
 


Le quartier de Planoise est en proie à une vague de violences depuis plusieurs semaines


Le 31 décembre, trois hommes cagoulés ont mis le feu à une voiture volée garée dans la fourrière municipale. Poursuivis par un vigile, ils ont tiré des balles à blanc. L'incendie s'est propagé. Plus de 160 voitures ont brûlé le jour de la Saint-Sylvestre. Un supermarché et des commerces situés au dessus du parking sont endommagés et resteront fermés pendant plusieurs mois.
 

Le conseil citoyen de Planoise a organisé un rassemblement de soutien aux commerçants du quartier. Il se déroulera ce mercredi 15 janvier devant le centre commercial, à proximité de la fourrière incendiée où les habitants ont pu ces jours derniers faire évacuer leurs véhicules.
 
  
Depuis le 22 novembre, plusieurs coups de feu se sont également produits dans le quartier. Le maire et le Préfet ont demandé le weekend dernier le renfort d'une unité de forces mobiles. L'arrestation de plusieurs hommes, la saisie de stupéfiants ces dernier mois auraient provoqué ces incidents et une guerre de territoire des dealers, selon le maire Jean-Louis Fousseret. 
  
Le feu a pris dans le parking souterrain situé sous cette zone commerciale à Besançon.
Le feu a pris dans le parking souterrain situé sous cette zone commerciale à Besançon. © Florence Petit - France Télévisions

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers justice