Carte scolaire : le SNUIPP appelle à un concert de pipos pour dénoncer le manque de moyens

La future carte scolaire du Doubs soulève le mécontentement du syndicat enseignant SNUIPP. Il appelle à manifester ce jeudi 21 juin devant l'inspection académique.

Pour  le SNUipp-FSU, le compte n'y est pas. Le syndicat dénonce des effectifs surchargés dans davantage de classes du département à la rentrée prochaine. Il y aurait en effet à la rentrée 580 classes à plus de 25 élèves à la rentrée, et 82 classes à plus de 27 élèves.

Pour Karine Laurent, le manque de moyens doit être palié par des recrutements dans l'Académie. La solution n'est pas d'augmenter le nombre d'élèves par classes. Il faut recruter, il faut aussi plus de remplaçants dit-elle. Dans certaines classes du département, les cours n'ont pas eu lieu pendant une semaine explique Mme Laurent. Le syndicat s'inquiète du manque de remplaçants qui conduit à l'annulation de journées de formation essentielles pour les enseignants. 

Autre point noir, cette année, 80 temps partiel auraient été refusés à des enseignants. Ce nombre est en augmentation d'après le syndicat. "Il y a cinq ans, on n'avait aucun refus, là ce n'est plus le cas" dénonce Karine Laurent. 

Pipos, panneaux, pancartes et instruments de musique, en ce jour de fête de la musique, le SNUIPP appelle à un grand concert de mécontentement à 17h30 devant l'Inspection d'Académie. Les organisations syndicales seront reçues en audience par le DASEN du Doubs à propos des refus de travail à temps partiel.




La carte scolaire du Doubs sera précisée lors d'un comité départemental de l'Education Nationale le 29 juin prochain. 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité