Covid-19 : le CHU de Besançon transfère par hélicoptères des malades Covid vers trois hôpitaux du Grand Est

Les transferts de 4 patients sont en cours ce jeudi 19 novembre 2020 depuis le Doubs vers l'Alsace. Un hélicoptère NH-90 Caïman va notamment prendre en charge des malades, accompagnés d’un médecin à bord. Le Doubs compte actuellement 55 patients en réanimation.
Un hélicoptère NH-90 Caïman évacue des malades covid près de Besançon (Doubs).
Un hélicoptère NH-90 Caïman évacue des malades covid près de Besançon (Doubs). © Laurent Brocard - France Télévisions

L’opération de transfert a mobilisé au total trois appareils. Les hélicoptères ont décollé en début d’après-midi de l’aérodrome de la Vèze près de Besançon où les malades ont d'abord été transportés par voie terrestre. Des malades placés sous respirateurs, en réanimation.

Reportage d'Adrien Gavazzi, Laurent Brocard et Emmanuel Dubuis

Covid : le CHU de Besançon transfère des malades par hélicoptères vers trois hôpitaux du Grand Est ©Avec Antoine Sigaux, responsable adjoint du centre 15 à l'hôpital de Besançon
 
4 patients Covid évacués vers trois hôpitaux du Grand-Est depuis Besançon.
4 patients Covid évacués vers trois hôpitaux du Grand-Est depuis Besançon. © Laurent Brocard - France Télévisions

"Les patients qui sont transférés sont des patients qui sont stabilisés, qui nécessitent encore des soins lourds, mais en tout cas qui sont mis en sécurité par des appareils de ventilation, et avec à l'intérieur une équipe pour chaque patient (médecin, infirmière, interne). C'est la stabilité du patient qui détermine le transfert. Les familles sont informées par les services de la cellule de transfert" explique sur place Antoine Signaux, responsable adjoint du centre 15. 
 
Sur l'aérodrome de la Vèze près de Besançon, des malades du Covid sont évacués vers l'Alsace.
Sur l'aérodrome de la Vèze près de Besançon, des malades du Covid sont évacués vers l'Alsace. © Laurent Brocard - France Télévisions

Le CHU de Besançon au pic de la seconde vague


Ces transferts sont destinés à libérer des lits de réanimation et de soins intensifs y compris pour accueillir des patients non COVID nécessitant des interventions chirurgicales. 
Le CHU de Besançon indique être au au pic de la seconde vague depuis plusieurs jours. Le nombre de patients COVID accueillis est maintenant supérieur à celui de la première vague.

“L’activité des secteurs de réanimation et de soins intensifs du CHU reste soutenue alors même que nous avons doublé nos capacités d’accueil sur ces secteurs” indique l’hôpital bisontin qui maintient une activité non COVID élevée de façon à accueillir tous les patients qui nécessitent un plateau technique hospitalo-universitaire.

Ces transferts sont pilotés par la Cellule régionale de transferts Bourgogne Franche-Comté, avec le CHU de Besançon et le CHU de Dijon, sous l’égide de l’Agence Régionale de santé.

244 malades en réanimation dans la région

Selon les derniers chiffres de Santé Publique en Bourgogne-Franche-Comté, 244 personnes sont en réanimation dont 55 dans le seul département du Doubs. 
1.850 sont hospitalisées au total dans les différents hôpitaux de la région.
On enregistre 36 nouveaux décès en 24 heures. Et 27 nouvelles admissions en réanimation.
Le pic épidémique est en train de baisser au niveau du nombre de contaminations, mais les hôpitaux restent en tension.

Lors de la première vague, fin mars, la Franche-Comté avait évacué par avion des malades Covid vers Nice et Marseille.

Des transferts hors région organisés depuis une semaine

Lors de la seconde vague, des transferts routiers réguliers ont été réalisés entre les hôpitaux de Bourgogne et Franche-Comté pour soulager le sud du Jura notamment.

Les premiers transferts aériens en dehors de la région remontent à mi-novembre. Jeudi 12 novembre, 4 patients ont été transférés à destination du CHU de Nancy, 2 patients de Dijon et 2 de Besançon. Vendredi 13 novembre, ce sont 2 patients du CHU de Dijon, 1 de l'hôpital d'Auxerre et 1 de l'hôpital de Mâcon, qui ont été transférés à destination du CHU de Strasbourg. Les équipes SMUR et  un hélicoptère de la Sécurité Civile avaient réalisé ces transferts de malades.  

Un point sur les capacités en réanimation fait deux fois par jour

Une cellule transfert coordonnée par l’Agence Régionale de Santé se réunit deux fois par jour pour faire le point sur les capacités des lits en réanimation. : "On étudie les chiffres deux fois par jour, du nombre de patients en réanimation. Si on détecte une augmentation, on sera appelés à faire d'autres transferts la semaine prochaine. On ne sait pas vers quelle destination, tout dépendra de la coordination nationale qui répartit les patients de façon homogène sur le territoire" alertait il y a quelques jours le docteur Hervé Roy, chef de service adjoint au centre 15 (SAMU) de Dijon.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société