• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

REVOIR. Besançon : près de 2000 jeunes se mobilisent lors de la “Grève mondiale pour le climat”

La manifestation de la Grève pour le climat ce vendredi 15 mars à Besançon a rassemblé beaucoup de jeunes francs-comtois. / © France 3 Franche-Comté : Sarah Rebouh
La manifestation de la Grève pour le climat ce vendredi 15 mars à Besançon a rassemblé beaucoup de jeunes francs-comtois. / © France 3 Franche-Comté : Sarah Rebouh

Ils sont venus en nombre ce vendredi 15 mars dans les rues de Besançon. Revivez l'événement et écoutez les revendications des étudiants, lycéens et collégiens en images, sur notre site internet.

Par Sarah Rebouh

L'écologie n'a pas d'âge. Les grévistes du jour l'ont prouvé, et d'une belle manière, en faisant entendre leurs voix pour alerter les pouvoirs publics et les citoyens sur l'importance de prendre des mesures en faveur du climat. Les organisteurs du mouvement étaient eux-même surpris par la mobilisation. En effet, malgré la pluie, plus de 2000 jeunes manifestants ont déambulé dans les rues du centre-ville de Besançon, dès 10h, au départ de la place de la Révolution.

À l'heure où de nombreuses études prouvent l'impact de l'homme quant à la mise à mal de notre planète et de son ecosystème, des jeunes, étudiants, lycéens ou même collégiens sensibilisés à la cause environnemenale s'interrogent : "À quoi bon étudier, si on n'a pas d'avenir ?".
 

"La planète sèche, nous aussi !"


Sur les pancartes, des messages en tout genre, plein d'humour pour certains : "En vélo Simone !", "Quand c'est fondu, c'est foutu", ou encore "prends ton pied, pas ta caisse !", et en tête de cortège, une banderole où l'on pouvait lire : "La planète sèche, nous aussi."

© Sarah Rebouh
© Sarah Rebouh
© Sarah Rebouh
© Sarah Rebouh
© Sarah Rebouh
© Sarah Rebouh

Marine et Noah ont un message pour les "baby-boomers" :

Plusieurs arrêts pour chanter et scander des slogans ont été entrepris tout au long de la marche, qui est passée par la grande rue, la rue de la vieille monaie, la rue mégévand, la rue de la préfecture puis devant la mairie pour finir au parc Granvelle.

Les jeunes francs-comtois ont fait un arrêt dans la grande rue, devant la Société Générale, pour chanter en coeurs "Société Générale, irresponsable !". 

Devant la préfecture, les organisateurs ont indiqué la marche à suivre aux manifestants. Certains ont réclamé des "Free Hugs" aux forces de l'ordre. Le cortège s'est ensuite dirigé vers la mairie sans encombre.

Un peu plus loin, devant la mairie, un jeune homme s'est rapproché d’un homme en costume trois pièce, posté près du palais de justice. "Je peux vous checker ?" lui a réclamé le collegien. Ce n'était autre qu'Etienne Manteaux, procureur de la République. L'air surpris et amusé, il a accepté le « check », avant de rentrer au tribunal.


Des collégiens interdits de manifester


Après la manifestation, des voix se sont élevées pour dénoncer l'attitude du principal du collège Victor Hugo, situé en centre-ville. En effet, selon plusieurs élèves et parents, ce dernier n'a pas autorisé les jeunes collégiens à se joindre à la manifestation, même sur autorisation des parents. Ils risquaient tous une heure de colle. Grégoire, 14 ans, a tout de même bravé l'interdiction, car il "souhaite revoir de la neige à Besançon".

Du côté de l'université de Franche-Comté, le directeur a pris la décision quelques jours plus tôt de ne pas sanctionner les élèves souhaitant participer à la marche. La décision a été saluée.

Découvre notre reportage, diffusé ce vendredi dans le 12/13 : 

La manif pour le climat à Besançon
Plus d'un millier de jeunes se sont retrouvés à Besançon ce matin pour participer à la journée mondiale pour le climat. Rencontre dans le cortège d''Agathe, organisatrice de la mobilisation à Besançon et Bérénice, étudiante. Reportage A. Plougoulm et Florence Petit


Un autre rassemblement samedi à Besançon


Samedi, une marche pour le climat est organisée par le collectif Alternatiba Besançon, au départ du Parc Micaud comme dans toute la France, sous le nom "la Marche du Siècle". "Nous sommes convaincus que c'est d'abord au CITOYEN de se lever. Nos enfants nous jugeront, personne n'a envie de dire dans 10 ans: "oui je le savais mais j'étais petit". Vous ne l'êtes plus, venez montrer que vous avez contribué" expliquent les organisateurs.

Le but est le même que pour les jeunes et les étudiants : alerter politiques et citoyens sur la nécessité de prendre des mesures immédiates pour l'environnement. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus