EN IMAGES. La silhouette d'un fantôme calciné : l'incendie de Besançon Temis est-il criminel ?

Un incendie d’une violence inouïe a détruit, dimanche 5 mai 2024, vers 20 heures, un bâtiment en cours de rénovation rue Alain Savary dans le quartier Temis. Ce lundi matin, l’ampleur des dégâts s’affiche au grand jour tandis que l'enquête est lancée.

Une odeur âcre de fumée, plaquée au sol par la pluie. Ce lundi matin à Temis, les badauds sont encore quelques-uns à ne pas en croire leurs yeux. L’incendie fume encore. Les pompiers munis d’échelles sont toujours présents pour arroser le sinistre, surveiller le site et parer à toute reprise des flammes. Dans les restes du bâtiment, du bois brûle encore.

Ça a été très brutal. Ça s’est propagé très vite dans le bâtiment. On a vu ça de loin. En peu de temps, d’énormes flammes et un gros panache de fumée.

Un riverain de l'incendie de Temis

“On s’inquiétait, oui, car les flammes dépassaient en hauteur certains bâtiments” ajoute une femme au micro de nos journalistes Emmanuel Rivallain et Fabienne Le Moing.

Une équipe cynotechnique engagée


L’incendie n’a pas fait de victimes, mais les pompiers ont engagé hier soir une équipe cynotechnique pour s’assurer qu’aucune personne ne squattait, où se trouvait sur ce bâtiment de bureaux appartenant à la société immobilière AKTYA dont la maire de Besançon Anne Vignot est la présidente. 

Un potentiel calorifique important a surpris les pompiers 


Lorsqu’ils sont arrivés sur place, dimanche vers 20 heures, les pompiers du Doubs ont trouvé un bâtiment complètement embrasé. Des flammes d’une dizaine de mètres de haut s’élançaient dans le ciel. Le sinistre était visible de nombreux quartiers de Besançon. 

C'est un bâtiment qui était en cours de déconstruction, un bâtiment en ossature bois ce qui explique le potentiel calorifique important.

Stéphane Beaudoux - Directeur des services d'incendie et de secours du Doubs

Où en est l'enquête ? 


Dans les débris de l’incendie, les enquêteurs de la police scientifique ont commencé ce lundi matin à effectuer leurs premières constatations. Des prélèvement de matériels seront faits dès que le lieu de l'incendie sera rendu accessible et l'intervention terminée. "Ça laisse effectivement plus penser à une action intentionnelle" confie le commandant de police Christophe Touris à France  3 Franche-Comté.  Les enquêteurs vont tenter de déterminer d'où est parti le feu, et si du comburant a été utilisé. Ou si ce sont des éléments de la déconstruction du bâtiment qui ont provoqué l'incendie. L'exploitation de la video surveillance permettra peut-être d'en savoir plus. 

Deux plaintes vont être déposées, l'une par AKTYA, l'autre par la mairie de Besançon.

Dimanche soir, l’incendie a été d’une rapidité extrême et d’une puissance folle. Les pompiers ont fait le choix de prioriser la sécurité des bâtiments aux alentours, car certaines vitres commençaient à éclater en raison de la chaleur dégagée par l’incendie. Pour l’ancien bâtiment de bureaux, il était trop tard. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité