Une filière bulgare de proxénétisme démantelée à Besançon

Un réseau international de prostitution a fait l'objet d'une enquête longue et minutieuse. L'information judiciaire, ouverte en 2014, vient de porter ses fruits. Mardi, quatre personnes ont été interpellées à Besançon et une cinquième s'est présentée d'elle-même. 

A l'issue de leur garde à vue, trois d'entre elles ont été déférées devant le juge d'instruction chargé de cette affaire. Il s'agit de deux soeurs bulgares, âgées de 27 et 31 ans et de l'ami de l'une d'entre elles, originaire de Roumanie.  Leur rôle des jeunes femmes consistait à prendre en charge les filles qui venaient de Bulgarie. Elles les hébergeaient et les surveillaient lorsqu'elles faisaient le trottoir. Dix filles ont été identifiées comme faisant partie de ce trafic. Elles travaillaient sur les hauts du quartier Battant et les remparts près de la gare de Besançon. Depuis 2012, des centaines de milliers d'euros, provenant de cette activité, étaient transférées en Bulgarie, pays à la tête de ce réseau de proxénétisme. Des ramifications en Allemagne et dans d'autres villes françaises ont également été démantelées. Les deux soeurs reconnaissent se prostituer mais contestent les faits de proxénétisme tout comme leur ami.  La vice-procureur de la République a demandé l'incarcération des trois personnes soupçonnées de proxénétisme en bande organisée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers