Handball : "Il y a eu vrai un déclic", à 4 matches de la fin de saison, le GBDH peut encore croire aux playoffs

Septième du championnat de Proligue, le Grand Besançon Doubs Handball (GBDH) coaché par Christophe Viennet reçoit Sélestat ce vendredi 19 avril au Palais des Sports avec l’objectif de s’ouvrir le chemin des playoffs. Pour croire en l’exploit, les Bisontins ont 4 matches à disputer et devront terminer dans les six premiers du championnat.

C’est un peu la cerise sur le gâteau, le petit piment de fin de saison auquel le Grand Besançon Doubs Handball (GBDH) ne s’attendait pas forcément. À quatre journées de la fin du championnat, les Bisontins sont septièmes du championnat de Proligue (23 pts) et toujours en lice pour disputer les play-offs (les équipes classées entre la 3 et la 6e place disputeront des matches de barrage pour tenter d’accéder au final four d’accession en Starligue, la première division française). "C’est kiffant. Sur tous les matches, on a quelque chose à jouer" confiait d’ailleurs l’ailier gauche bisontin Gauthier Morvan à nos confrères de l’Est Républicain, "Notre public comprend qu’on est peut-être en train de changer quelque chose. Il faut continuer comme ça".

 4 matches, 4 finales

Il faut bien le dire, oui. Contrairement à l’an dernier, les Bisontins se sont offerts une fin de saison des plus alléchantes, avec trois derniers matches à enjeux à disputer à domicile, et un seul déplacement, à Villeurbane, le 3 mai prochain. Quatre rencontres au total, que les hommes de Christophe Viennet veulent toutes aborder comme des "petites finales", à commencer par la réception des Alsaciens de Sélestat (actuels 4emes de Proligue), ce vendredi 19 avril, au Palais des Sports Ghani Yalouz.

► À VOIR AUSSI : Tous aux Jeux : Découvez le handball à tout âge dans les filets du CA Morteau

"Si on veut aller plus haut, il faut absolument gagner ce match" rappelle le jeune gardien du GBDH Clément Franck, justement arrivé de Sélestat l’été dernier. "On vraiment a envie de jouer ce final 4 en fin de saison" confie de son côté le coach Bisontin Christophe Viennet, "Nous sommes proches du marqueur play-offs et ça m’intéresse de voir comment notre équipe peut se challenger", poursuit-il.

Malheureusement, avant d’affronter Sélestat, puis Sarrebourg (26 avril) et enfin Nancy (17 mai), les Bisontins ont grillé une première cartouche samedi dernier, en s’inclinant de peu sur le parquet de Frontignan (35-33). Une défaite sur le fil qui oblige les Doubistes à réaliser un sans-faute en fin de saison, et espérer, dans le même temps, un faux pas de l’un de leurs deux adversaires directs : Frontignan et Cherbourg, respectivement classés 5 et 6 emes de Proligue. "On voulait titiller les équipes de haut de tableau. Maintenant, ce sont des matches à élimination directe", souligne à juste titre Gauthier Morvan.

Intouchables à domicile ?

La bonne nouvelle, c’est un calendrier favorable avec ces trois matches à disputer à la maison, dans un palais des sports devenu la forteresse imprenable des Bisontins depuis quelques mois. Les hommes de Christophe Viennet y sont tout simplement invaincus depuis le 15 décembre (6 victoires en 6 matches). "Je ne sais pas trop ce qui a changé, il y a eu un espèce de déclic" consent l’ailier gauche du GBDH Gauthier Morvan dans les colonnes de la presse locale, "Le public est avec nous, de plus en plus nombreux. Ce n’est pas pour rien qu’on gagne tous nos matches à domicile".

Un scénario qui contraste pourtant avec le début de saison beaucoup plus compliqué des handballeurs bisontins (seulement 2 victoires sur les 6 premiers matches de la saison à domicile). Les renforts, arrivés à la mi-saison (Lucas Jametal, Jothan Mandiangu, Gauthier Bonnissol) ont fait beaucoup de bien à l’effectif doubiste, décimé par les blessures de ses cadres en fin d’année.

Hécatombe à l'infirmerie 

Lucas Hubert et Adrien Claire ont tous les deux été victimes d’une rupture du ligament croisé du genoux, à un mois d’intervalle, synonyme de fin de saison. Les deux joueurs étaient pourtant les hommes forts du GBDH pour cette saison 2023-2024, mais le staff de Christophe Viennet a très bien su rebondir en faisant les bonnes pioches, et en laissant du temps de jeu aux jeunes joueurs.

C’est dans ce contexte positif que le club de hanball bisontin aborde ces dernières semaines de championnat décisives pour s’offrir une place dans le gratin du handball français. Mais la route est encore longue : il faudra pour cela terminer dans les six premiers du classement, remporter ensuite un match de barrages et terminer – au moins – dans les deux premiers du final four qui aura lieu à Sélestat justement, en toute fin de saison (1er et 2 juin).