Le mouvement social se durçit chez Stanley-Black et Decker manufacturing à Besançon

Depuis un semaine, la direction fait face à la mobilisation des ouvriers de la branche manufacturing qui réclament une augmentation dans le cadre des accords d'intéressement. 

à Besançon, les accords d'intéressement sont au coeur des débats avec la direction; et la tension a monté d'un cran ce mardi matin.
à Besançon, les accords d'intéressement sont au coeur des débats avec la direction; et la tension a monté d'un cran ce mardi matin. © Franck Menestret

 

mardi matin : le mouvement se durcit

Une semaine après le début de la mobilisation, la situation s’est brutalement tendue  mardi matin.

Les manifestants ont pénétré dans les bureaux où la direction tenait une réunion de travail en vue de la fusion avec la société Tools qui appartient déjà au groupe. Une intrusion qui a surpris la direction :

« Les manifestants sont montés à l’étage et ont interrompu la réunion qui a dû être ajournée. Ils étaient excités et agressifs »

« Les manifestants sont montés à l’étage et ont interrompu la réunion qui a dû être ajournée. Ils étaient excités et agressifs »

Adrien Dechaume, Directeur de Stanley Black et Decker Manufacturing

Du côté des manifestants, il s’agissait de se faire entendre avant l’heure limite de l’ultimatum, fixé ce mardi à midi par la direction. Une date butoir, pour que les salariés puissent prétendre à l’encaissement d’une nouvelle prime d’intéressement pendant les 3 années qui viennent sur les sites de Besançon, Arbois et Feuquières.

A défaut de signature d’un accord avec les organisations syndicales avant le 15 juin 2021, aucun intéressement ne pourrait être mis en place pour les salariés des trois sites en 2021.

La Direction

A midi une nouvelle réunion de concertation est organisée entre la direction et les salariés. Elle débouche sur de nouvelles propositions pour l'accord d'intéressement. Là où les salariés réclament 10% hors prime, la direction propose 9,7%  avec possibilité de voir ce taux corrigé à la baisse en cas de difficultés de l'entreprise, comme redouté en cas de pénurie d'acier (l'entreprise fabrique des pinces en acier). .C'est le principe des accords d'intéressement qui sont liés aux résultats de l'entreprise. Mais les employés campent sur leurs positions, et veulent obtenir 10%, "sécurisé", hors prime.

Le piquet de grève est levé à 15h mais le mouvement se poursuit. Rendez-vous est donné à demain 7h devant l'entreprise.

Un accord d’intéressement à l’origine du conflit

Depuis le 8 juin 2021, le mouvement social perturbe l’activité du site de Besançon et l’empêche de garantir le bon déroulement de ses activités.

La revalorisation de la grille d’un nouvel accord d’intéressement triennal de la société Stanley Manufacturing (2021-2023) est au cœur des revendications ; le précédent accord étant arrivé à expiration le 31 décembre 2020. Cette négociation concerne trois sites en France dont Arbois et Feuquières en Vimeu.

Depuis avril 2021, 3 réunions de négociation avec la majeure partie des organisations syndicales de l’entreprise se sont tenues sur ce sujet et une proposition d’ amélioration de la grille sur le prévisionnel 2021 de plus de 21% par rapport au précédent accord d’intéressement a été présentée par la direction.

Mais pour les représentants de la CFDT de Besançon, cette proposition n’est pas acceptable car elle intègre des « bonus » par exemple liés à l’absentéisme.  Les salariés veulent un passage à 10% de l’accord d’intéressement mais sans ces bonus, qu’ils jugent aléatoires et difficiles à obtenir à cause du vieillissement des salariés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie grève