• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Près de 200 personnes rassemblées contre l'homophobie à Besançon

Un rassemblement pour dire Stop à l'homophobie a eu lieu à Besançon ce lundi 22 octobre. / © Antoine Laroche
Un rassemblement pour dire Stop à l'homophobie a eu lieu à Besançon ce lundi 22 octobre. / © Antoine Laroche

Un rassemblement avait lieu ce lundi 22 octobre à 17h30 place Pasteur à Besançon pour dire "Stop" aux agressions et discriminations des personnes Lgbtqi+ alors que de nombreuses agressions homophobes ont eu lieu dans la capitale franc-comtoise. 

Par Sarah Rebouh

Ils étaient près de 200 personnes à se mobiliser ce lundi à Besançon, place Pasteur, alors que de nombreuses agressions homophobes ont eu lieu cet été. Lundi dernier, un couple homosexuel a été violemment passé à tabac à un arrêt de bus près de la salle de spectacle Micropolis.

En réponse à ce déchaînement de violence à l'encontre des personnes homosexuelles, l'Association Solidaires de Défense des Étudiant.e.a lancé un événement sur les réseaux sociaux.

"Chacun.e peut se rappeler des 8 agressions de cet été, au parc Micaud ou un groupe de jeunes individus, ont pratiqué des agressions violentes et sordides à caractère homophobe. Cette semaine encore une agression s’est produite, cette fois à l’arrêt de bus du pôle Micropolis. Un groupe de jeunes a encerclé un couple de jeunes hommes, pour les insulter et les frapper" écrivaient les organisateurs. 
 

Le but des participants, dénoncer la violence que subissent les personnes homosexuelles depuis plusieurs mois à Besançon. En France, de nombreuses autres agressions ont eu lieu, notamment à l'encontre de gays et de lesbiennes.

Selon le rapport 2018 d'SOS homophobie, "en 2017,  une hausse de 15 % des agressions physiques" a été calculée en France. "Notre inquiétude est grande face à une homophobie et une transphobie qui ne cessent de progresser. Si les victimes sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses à témoigner, les manifestations de lesbophobie, gayphobie, biphobie et transphobie se multiplient" prévient l'association.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus