Rose, blanc ... tout savoir sur les majestueux magnolias que chantait Claude François

En cette mi-mars, c'est la saison des magnolias. Ses grosses fleurs rosées captent tous les regards et attirent les insectes pollinisateurs. Gros plan sur cet arbre star du printemps.

C'est la star de ce début de printemps. Le magniola, souvenez-vous, a même eu droit à son tube dans les années 70 quand le chanteur Claude François enregistre Magnolias for Ever. Des paroles que jardiniers et fans de disco ont certainement encore en tête.

Des magnolias par centaines, Des magnolias comme autrefois, Je ne sais plus comment faire, Les magnolias sont toujours là, Elle ressemble à toutes les filles, Quand elles aiment comme ça, Qu'elles soient méchantes ou timides, Pauvres violettes ou magnolias

Extrait de la chanson Magnolias for ever

1977

D'où vient le magnolia ?

Le magnifique magnolia est resté une star, pas seulement dans la chanson, mais dans nos jardins publics et les jardins des Français. Il est l'un des premiers arbres à fleurir. Ses grosses fleurs blanches et roses attirent de gros insectes pollinisateurs comme les coléoptères et font le bonheur des passants qui les prennent en photo. 

Le magnolia est “l’un des plus anciens arbres à fleur originaire d’Asie”, présente Samuel Lelièvre, directeur biodiversité et espaces verts à la ville de Besançon (Doubs). La variété la plus répandue en France s’appelle le magnolia de Soulange. Elle est issue “de croisements. C’est un hybride créé en 1829 par Etienne Soulange”, précise Samuel Lelièvre.

C'est le père Jacques Plumier, botaniste célèbre, qui, à l'occasion d'un voyage en 1703 en Louisiane aux États-Unis, donne à cet arbre le nom de magnolia. Par cette action, il rend hommage à Pierre Magnol, botaniste chargé du jardin des plantes de Montpellier au XVIIᵉ siècle. 

Le magnolia de Soulange mesure entre 6 à 9 mètres de haut pour 4,50 m de large. Il convient bien aux petits jardins, mais peut tout autant se plaire dans les grands espaces. Il aime une exposition plutôt ensoleillée ou mi-ombragé et idéalement, un sol profond, frais, bien drainé, sans trop de calcaire.

 

Il ne supporte pas les températures très basses en dessous de - 20 degrés et n’aime pas les courants d’air, mais tolère assez bien la pollution atmosphérique. “Il a une croissance très lente et se taille assez peu”, indique Samuel Lelièvre.

Un magnolia peut vivre une centaine d'années

On les plante en novembre ou décembre. “Plus c’est tôt dans l’hiver, mieux c’est, car les racines s’implantent mieux dans le sol”, souligne-t-il et d’ajouter : “Avant, la période s’étendait d’octobre à mars, mais comme il fait plus chaud, plus longtemps, ça se resserre”. Pour le planter, il n’y a pas trop de difficultés : “Il faut juste le planter dans de bonnes conditions. Si le sol est trop humide, il peut développer des champignons par exemple”.

Pour sa durée de vie, il n’y a pas de règles en la matière. “Si les conditions sont bonnes et qu’on ne le taille pas, il peut au moins tenir une centaine d’années. S’il est taillé et contraint, il vivra en moyenne une cinquantaine d’années”, note le Bisontin. Tailler un arbre le fragilise parce que l’on créé une plaie, un point d’entrée pour les maladies et les germes. 

D’autres espèces de magnolia sont présentes en France. On trouve par exemple le magnolia grandiflora au parc Micaud de Besançon. Parfois, on peut aussi tomber sur un magnolia stellata. Ces deux autres espèces de magnolias ont des fleurs totalement blanches.