Ticket mobilité : en quoi va consister cette aide pour les déplacements domicile-travail ?

© James Hardy - maxPPP
© James Hardy - maxPPP

La Région de Bourgogne-Franche-Comté a voté un dispositif pour aider les ménages les plus modestes à faire face à leurs frais de transport. La mesure entrera en vigueur le 1er mai 2019. Qui en bénéficiera ? 

Par Sophie Courageot

C'était l'un des points à l'ordre du jour de la session du Conseil Régional du 29 mars. Plusieurs mesures ont été actées pour redonner du pouvoir d'achat aux ménages. Une conséquence locale de la crise des gilets jaunes et de son point de départ, le prix jugé trop élevé des carburants. Le dispositif a été pensé puis élaboré en concertation avec les employeurs, les organisations syndicales et patronales, explique la Région. 


Un ticket mobilité pour quoi ?

Ce ticket mobilité sera destiné au déplacements entre votre domicile et votre travail effectués avec un véhicule motorisé. 


Pour qui ? 

Le ticket mobilité sera réservé aux ménages qui effectuent un aller-retour de 60 km minimum. Côté revenus, le salarié ne doit pas gagner plus que 2 Smic de revenus par mois.
Le dispositif s'adresse aux salariés qui n'ont pas de solutions de transport en commun pour effectuer leurs déplacements domicile-travail. 


Quel sera le montant de l'aide ? 

Ce ticket mobilité sera comme un ticket restaurant. Son montant sera d'environ 30 euros par mois. L'aide sera versée directement sur les feuilles de paye 11 mois sur 12. Cette aide sera défiscalisée.


Qui va financer le dispositif ? 

Ce « ticket mobilité » sera financé sur fonds publics et privés sur la base du volontariat des employeurs. La Région financera la moitié du prix du ticket mobilité. 
Les entreprises l'appliqueront sur la base du volontariat. 


Quand ?

La mise en oeuvre se fera à partir du 1er mai 2019. Le dispositif est prévu jusqu'à fin 2021.


Combien de salariés sont possiblement concernés par ce ticket mobilité ? Selon Michel Neugnot, vice-président au budget et aux transports à la Région, cela pourrait représenter 30% des actifs s'il l'on s'en tient aux données nationales.

Les services de la région vont communiquer auprès des entreprises et des comptables. "On veut mettre les entreprises au coeur du jeu des mobilités. Elles ont parfois des problèmes pour recruter à cause des distances. Il faut trouver des solutions, trouver un autre modèle" explique l'élu pour qui un dispositif doit être ciblé. Le financement du ticket mobilité pourrait atteindre 350.000 euros selon Michel Neugnot. 

La droite s'est abstenu elle lors du vote. Elle dénonce une mesure de communication n'incluant pas toute la population. 
"Cette mesure n'englobe pas toute la population, on exclut des artisans, des intérimaires, des infirmières", a confié Patrick Genre, maire de Pontarlier à nos confrères de France Bleu.

En complément du ticket mobilité, la Région travaille sur un projet de mise en place de co-voiturage. Trois expérimentations vont être menées en septembre sur les secteurs de Joigny, les portes du Haut-Doubs (Valdahon) et le nord ouest de la Côte d'Or (Chatillonnais, Montard, Saulieu...). 



 

Sur le même sujet

L'école de Bellefontaine en grève et en deuil

Les + Lus