"Ça ne s’arrêtera pas là" : Jonathann Daval relaxé des accusations de dénonciation calomnieuse

Jugé pour dénonciation calomnieuse, Jonathann Daval a été relaxé par le tribunal correctionnel de Besançon ce vendredi 24 mai 2024. Une décision qui ne surprend pas, mais une affaire loin d'être terminée pour les plaignants.

C’est un chapitre qui se clôt dans l’affaire Jonathann Daval, condamné en 2020 à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son épouse Alexia à Gray (Haute-Saône). Le tribunal correctionnel de Besançon a relaxé l’ancien informaticien de 40 ans ce vendredi 24 mai des accusations de dénonciation calomnieuse portées par sa belle-famille. Il avait comparu en avril dernier devant ce même tribunal, après avoir accusé son ex-beau-frère Grégory Gay d’avoir étranglé son épouse.

Au micro d’Emmanuel Rivallain et David Martin, l’avocat de Jonathann Daval, Maître Randall Schwerdorffer, se dit satisfait. "On l’espérait, le tribunal l’a fait. Il n’est pas rentré dans la morale, ce n’est pas son travail. Il n’a fait qu’appliquer la loi". Une décision qui suit la position prise par le procureur de la République, Étienne Manteaux, le 10 avril dernier qui avait requis la relaxe. "Les dénonciations n’ont pas eu l’aspect de spontanéité exigé par la loi", a estimé le juge Guillaume Law de Lauriston.

La famille d’Alexia n’était pas présente lors de l’annonce du jugement. Sollicité par France 3, Maître Gilles-Jean Portejoie, avocat des plaignants, s’attendait à cette décision. "Nous ne sommes pas surpris, compte tenu de la position prise par le procureur de la République en avril".

"L’affaire Jonathann Daval est loin d’être terminée"

Le prévenu a écouté la lecture du jugement en visio-conférence depuis la prison d’Ensisheim (Haut-Rhin) où il est incarcéré. Les parties civiles ne peuvent pas faire appel sur l’action publique. "En matière de droit pénal, plus personne ne pourra jamais condamner Jonathann Daval pour des faits de dénonciation calomnieuse", affirme Maître Schwerdorffer. Mais sur le plan civil, l’appel est possible. "Nous allons faire appel de la décision sur l’intérêt civil. Il y aura un nouveau procès Daval, ça ne s'arrêtera pas là. L’affaire est loin d’être terminée", annonce Maître Portejoie.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité