Essaims d’abeilles : « Le pire : qu’elles trouvent refuge dans une cheminée », les apiculteurs sur le qui-vive pour récupérer ces colonies

D’un côté, les « chasseurs » d’essaims d’abeilles, de l’autre les « récupérateurs ». Le printemps marque le début de l’essaimage, un phénomène naturel qui se produit chez les abeilles.

« Je vais voir comment et où il est, je suis sur la route ». Au téléphone, Matthieu Chenu semble impatient. Impatient de se retrouver devant cet essaim d’abeilles qu’on lui a signalé à Besançon (Doubs). Sa société Doubs Guêpes Frelons, basée à Saône, est intervenue deux fois lundi 6 mai et une fois la semaine d’avant. « Pour la saison, ça reste peu » renseigne Leslie Chenu, épouse de Matthieu et secrétaire de l’entreprise.

Le printemps marque le début de ce qu’on appelle l’essaimage. Un phénomène naturel qui intervient dans une colonie d’abeilles afin qu’elles se reproduisent. Quand la ruche devient trop peuplée, une grande partie de la population d’abeilles part, accompagnée de leur reine, à la recherche d'une nouvelle demeure. Ces abeilles forment un essaim qui se pose généralement sur une branche d'arbre. Même si au premier abord cette grappe de dizaines de milliers d’abeilles est anxiogène, l’essaim ne reste là que quelques heures ou quelques jours avant de décoller à nouveau en direction d'un logement adapté. Dans l'ancienne colonie, les abeilles restantes ont anticipé ce départ en élevant une nouvelle reine qui naîtra dans quelques jours.

Faciliter les interventions

Leslie et Matthieu, de Doubs Guêpes Frelons, sont des (gentils) « chasseurs » d’essaim d’abeilles. Ils sont régulièrement sollicités par des particuliers pour qu'ils viennent retirer les essaims. "Lorsque ce sont des abeilles, nous cherchons un apiculteur pour qu'il les récupère", ce sont les "récupérateurs". Pour trouver un apiculteur qui accepte de les prendre, Matthieu et Leslie ont ouvert un groupe WhatsApp sur lequel sont inscrits des apiculteurs, désireux de reprendre les essaims. « Nous sommes là uniquement pour constater la présence d’un essaim d’abeilles, nous les photographions, nous les filmons, ensuite, nous les postons sur notre groupe. Le premier apiculteur qui se manifeste, aura l’adresse où se trouve cet essaim » explique Matthieu Chenu. « Le but est d’intervenir rapidement avant que l'essaim ne se loge dans un endroit peu ou complètement inaccessible comme les cheminées ».

Autrefois, les pompiers neutralisaient les essaims d’abeilles lorsqu’ils étaient appelés par les personnes qui en faisaient la découverte. Avec la prise de conscience de l’importance des abeilles dans l’équilibre de l’écosystème, cette pratique a été abandonnée. Les abeilles étant une espèce protégée, seuls les essaims présents dans des sites publics comme les écoles sont désormais éliminés. « C’est extrêmement rare d’en arriver là, cela ne s’est produit qu’une seule fois l’an passé.  Un essaim était niché dans un trou face à une école. Mais nous sommes là avant tout pour sauver les abeilles » raconte Leslie Chenu.

Un groupe WhatsApp pour récupérer les essaims d'abeilles

Inscrit au groupe WhatsApp depuis le printemps 2023, Adrien Ducouloux, apiculteur à Saône et passionné par les abeilles à tel point qu'il a créé sa chaine YouTube. « Ce qui est bien avec ce réseau social, c'est qu’on voit tout de suite à travers les photos, quel matériel est nécessaire pour récupérer les essaims. C’est même mieux que le particulier passe directement par ce type d’entreprise, que directement par un apiculteur. On gagne du temps, les infos sont centralisées » déclare-t-il. Et le temps est précieux. Car si les abeilles ne trouvent pas de nouvelle demeure, elles meurent.

Pour l’apiculteur, récupérer les essaims d’abeilles permet d’avoir une colonie supplémentaire, qui remplacent celles qui sont parties. Il les récupère grâce à un aspirateur d'essaim à abeilles soit grâce à une ruchette. Il faudra compter une centaine d'euros de matériel.

Que faire si vous voyez des essaims d’abeilles ?

En présence d’un essaim, la meilleure chose à faire est d’appeler un apiculteur pour qu’il se rende sur place. Son intervention se fera idéalement en soirée parce que c’est le moment où les abeilles sont le moins agitées et où la température est moins élevée.

Lorsque vous constatez un essaim d’abeilles, il ne faut surtout pas courir, se promener les cheveux en l’air pour ne piéger aucune abeille dans sa chevelure. Il est prudent de fermer les portes et fenêtres et d’éloigner les enfants. Si jamais vous êtes poursuivi par une abeille, immobilisez-vous et essayez de vous fondre dans le décor.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité