Grève du 19 mars : l’article à lire pour comprendre pourquoi enseignants et autres fonctionnaires se mobilisent ce mardi

Mardi 19 mars 2024, plusieurs syndicats ont appelé à un mouvement de grève dans la fonction publique. En France, 5,7 millions d'agents publics sont invités à mobiliser pour défendre leur rémunération. On répond à vos questions.

Qui a déposé un préavis de grève ?


Plusieurs syndicats ont déposé des préavis de grève dans la fonction publique. Ces organisations syndicales sont la CFDT, CFE-CGC, CGT, FA, FO, Solidaires, UNSA, FSU.

Pourquoi les fonctionnaires font-ils grève ?


Ces syndicats mettent la pression sur le gouvernement. Ils refusent une année blanche sans augmentation pour les fonctionnaires et déplorent l’absence de toute perspective de mesures générales d’augmentation des rémunérations dans la fonction publique dans un contexte d’inflation encore soutenue. Les syndicats réclament des négociations et notamment une revalorisation du point d’indice.

Aujourd'hui, il y a des fonctionnaires qui ont du mal à boucler les fins de mois. Il y a 10% - 500.000 fonctionnaires - qui gagnent moins de 1.508 euros nets par mois. Ils sont directement frappés par l'inflation, il faut qu'ils puissent vivre de leur travail.

Marylise Léon secrétaire générale de la CFDT

RTL



Pour la numéro 1 de la CGT Sophie Binet interviewé par RMC/BFMTV, “les service publics sont à l’os”. "Ce n'est pas normal que le pouvoir d'achat des fonctionnaires s'érode à ce point", dénonce-t-elle, rappelant que ces fonctionnaires sont aussi la richesse du pays. 

Aujourd'hui, les fonctionnaires français sont parmi les moins bien payés - les enseignants, les infirmières, les médecins... - et cela créé un déficit de vocations qui pose un problème pour que nos services publics puissent fonctionner".

Sophie Binet

Secrétaire générale CGT

Que revendiquent les enseignants particulièrement ? 


Salaires et conditions de travail. Les enseignants seront, eux aussi, appelés à cesser le travail. La FSU s’oppose au plan de 10 milliards d’économies annoncés le 22 février par le ministre de l’Économie. De nouvelles économies, qui seront dégagées « exclusivement sur le budget de l’Etat ». “Les agentes et les agents ne sont pas dans l’attente du  « mérite » mais d’une rémunération qui leur permette de vivre dignement de leur travail et qui soit prise en compte pour le calcul de leur pension. Elles et ils sont aussi dans l’attente des moyens pour accomplir les missions qui sont les leurs dans de bonnes conditions” déplore la FSU. Selon le syndicat, avec la récompense par l’indemnitaire ou les primes, le gouvernement contourne la problématique des rémunérations et laisse sur le carreau la majorité des agents.

Le syndicat profitera de cette journée de grève du 19 mars pour demander l’abandon du choc des savoirs, l’annulation des suppressions de postes et la création des emplois nécessaires pour la rentrée 2024.


Les textes piliers du « choc des savoirs » sont parus ce dimanche 17 mars au Journal officiel. Ils portent sur l’organisation des enseignements au collège, sur la prépa-seconde et sur le redoublement.

Où sont prévues les manifestations prévues en Bourgogne Franche-Comté ?

En Bourgogne

  • DIJON :  13h30 – Place de la Libération
  • CHALON-SUR-SAÔNE : 14h30 – Maison des Syndicats  
  • DOLE : 10h30 – Sous Préfecture
  • LONS LE SAUNIER : 14h00 – Place de la Liberté
  • BELFORT : 10h00 – Maison du Peuple
  • VESOUL : 14h00 – Place de la République
  • AUXERRE : 14h00 – Place de l’Arquebuse
  • SENS : 10h00 – Sous-préfecture 
  • NEVERS : 14h00 – Préfecture

En Franche-Comté

  • DOLE : 10h30 – Sous Préfecture
  • LONS LE SAUNIER : 14h00 – Place de la Liberté
  • BELFORT : 10h00 – Maison du Peuple
  • VESOUL : 14h00 – Place de la République
  • BESANCON : 10h30 – Préfecture
  • MONTBÉLIARD : 14h00 – Parvis de la Gare
  • PONTALIER : 12h Place d’Arçon 

(Source : CGT)