Sécheresse : Le lac de Bouverans à nouveau à sec, la préfecture du Doubs déclenche le niveau crise dans le département

La sécheresse s'aggrave dans le Haut-Doubs. La préfecture a déclenché ce mardi 19 septembre le niveau 3 d'alerte, le niveau de crise, dans tout le département. Phénomène symptomatique de ce manque d'eau : le lac de Bouverans s'est vidé en seulement quelques jours, laissant deviner un paysage aux allures de désert.

L’image devient désormais fréquente mais elle n’en est pas moins alarmante. Dans le Doubs, le lac de Bouverans – aussi appelé lac de l’Entonnoir – s’est entièrement vidé de son eau ces derniers jours. Un phénomène naturel, lié à la sécheresse : "Le sous-sol du lac est fait de calcaire perméable" rappelait en 2019 Jean-Noël Resch, membre du Syndicat Mixte des milieux aquatiques dans le Haut-Doubs, "L’eau du lac s’engouffre dans les crevasses et les cratères quand les périodes sont particulièrement sèches. En temps normal, il y a 80 hectares d’eau mais quand c’est très sec, le niveau du lac peut descendre très bas. En 2003 par exemple il ne restait plus que 8 ares d’eau sur le lac" se souvient le spécialiste.

Le Doubs en "alerte crise"

La pluie tombée ces derniers jours dans le Haut-Doubs n’a donc pas suffi à pallier les conséquences de la sécheresse des dernières semaines. Le manque de précipitations a d’ailleurs poussé la préfecture du département à prendre de nouvelles mesures ce mardi 19 septembre. Le niveau d’alerte 3, niveau de crise, a été déclenché. Il est désormais interdit d’arroser ses plantes et de laver son véhicule par exemple, sous peine de recevoir une amende pouvant s'élever à 1500 euros.

Comme en 2022, la situation est désormais critique : les services de l’Etat expliquent d’ailleurs que l’été 2023 accuse un déficit pluviométrique de 20% auquel se sont ajoutés les épisodes caniculaires. "Dans le Doubs, il n’y a pas eu de précipitations avant le 13 du mois" rappelle la préfecture, "Avec la vague de chaleur et l’absence de pluies, l’aggravation de la sécheresse constatée fin août s’est confirmée et généralisée : les sols sont très secs, les cours d’eau sont au plus bas et largement colmatés, les nappes baissent continuellement, essentiellement par évapotranspiration" nous précise-t-on dans un communiqué ce jour. 

"Triste spectacle désertique"

Logique donc, que les eaux du lac de Bouverans se soient fait la malle. Sur place, le paysage a pris des allures de mer Morte, laissant ressurgir les moules anodontes et les écrevisses américaines qui peuplent habituellement les eaux. Le phénomène attire d’ailleurs la faune locale. "Les grandes aigrettes et les hérons cendrés viennent se nourrir sur le lac quand l’eau s’infiltre dans les crevasses. Les niveaux sont bas et cela donne une nourriture préférentielle facilement accessible à ces oiseaux qui n’ont plus qu’à venir se servir" nous expliquait Jean-Noël Resch, en 2019.

Il ne faut que quelques jours au lac de Bouverans pour s’assécher. Triste spectacle qui suscite tout de même la curiosite des touristes et des locaux. Sur les réseaux sociaux, les images n’en finissent plus de fleurir ces derniers jours. On admire la beauté du lac, tout en regrettant le phénomène lié à la sécheresse. "Sublimissime même sans beaucoup d’eau" écrit par exemple Carine, "Il m’a l’air bien vide ?" lui répond Yvan.

Oui, en effet, le lac est quasiment vide. Maigre consolation, l’Entonnoir a la particularité de pouvoir se remplir aussi vide qu’il s’est vidé. Mais avant cela le niveau d’eau doit revenir à la normale. Il faudra sans doute plusieurs semaines de précipitations avant de voir les écrevisses recouvertes à nouveau.