Incidents lors d'Ajaccio-FCSM : "Menaces de mort et personnel de sécurité voyous", Samuel Laurent répond aux accusations

Le directeur du FC Sochaux-Montbéliard réagit aux propos du président de l'AC Ajaccio Christian Leca, après les violents incidents qui ont entaché la soirée de samedi 11 septembre. "La honte sur le club d'Ajaccio" lance-t-il, tout en donnant sa version des faits. Explications.
Samuel Laurent, directeur du FC Sochaux-Montbéliard.
Samuel Laurent, directeur du FC Sochaux-Montbéliard. © Vincent VOEGTLIN - PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

"Ils nous ont enfermés dans le bus, ils ont fermé la porte, pendant une heure et demi !" Samuel Laurent, directeur du FCSM, ne mâche pas ses mots. Il passe à l'offensive suite à la prise de parole dans les médias de Christian Leca, président de l'AC Ajaccio, contre qui le FCSM s'est incliné 1-0 samedi 11 septembre. 

Une enquête est en cours pour déterminer les responsables des incidents survenus en marge du match entre Ajaccio et Sochaux. Pour l'instant, deux versions s'opposent frontalement et plusieurs plaintes ont été déposées. "On a assisté à une scène digne des banlieues. C'est un incident extrêmement grave. Le joueur en question a agressé verbalement un de nos joueurs, c'est alors qu'un membre de la sécurité est intervenu pour les séparer et a été sauvagement agressé" a déclaré le président du club d'Ajaccio dimanche 12 septembre. 

"Ajaccio est étonnement prolixe. Ajaccio est donc une victime..." constate Samuel Laurent, présent au moment de l'altercation entre les joueurs du FCSM, le staff sochalien et la sécurité de l'AC Ajaccio. Il ne nie évidemment pas qu'il y a eu une altercation "entre des joueurs de l'AC Ajaccio, des joueurs de Sochaux et des stadiers". Ce dernier se refuse à livrer une version définitive de l'affaire et se dit "confiant quant au processus judiciaire qui est en train de se mettre en place". Néanmoins, il n'a pas l'intention de laisser la version ajaccienne faire office de vérité. "On m'a tapé dessus" dénonce-t-il, tout en précisant que le FC Sochaux a subi une véritable "prise d'otage et séquestration".

Dans n'importe quelle autre situation si j'avais un joueur qui frappait un stadier, dans d'autres clubs avec un personnel formé, responsable, là pour apaiser les situations et qui ne sont pas des espèces de voyous, et bien dans ce cas-là j'aurais pris une sanction exemplaire en interne, en plus de la sanction de la Ligue.

Samuel Laurent, directeur du FCSM

"C'est un club problématique"

"Dehors, on avait une horde de stadiers et de personnels de sécurité voyous qui passaient leur temps, dès qu'ils croisaient le regard d'un des joueurs ou du staff du FCSM bloqué dans le bus, à nous faire des menaces et à mimer de vouloir nous trancher la gorge" nous explique-t-il, visiblement abasourdi. 

Christian Leca a fait une sortie dans laquelle il a dit que ça allait être eux 'les méchants, les terroristes'. Pour un incident survenu le 11 septembre... Ce qui dénote quand même que ce n'est pas un grand malin. Les seuils de l'indécence sont franchis.

Samuel Laurent, directeur du FCSM

"Tout le monde sait très bien dans le milieu du football que c'est un club problématique. Certaines équipes, certains arbitres viennent la peur au ventre. Je pensais que c'était une légende urbaine, largement amplifiée... En l'occurrence ce n'est pas vrai, ce club fonctionne sur des leviers particulièrement toxiques" poursuit-il, tout en précisant que deux joueurs sochaliens ont également été blessés : Christophe Diedhou, interpellé et placé en garde à vue, ainsi que Hermann Tebily. Les deux ont porté plainte, tout comme le stadier d'Ajaccio, blessé au visage par Diedhou, selon les premiers éléments. 

Des supporters sochaliens agressés après la rencontre

Trois supporters sochaliens, qui s'étaient déplacés en tout petit comité en Corse, auraient été agressés après le match, par plusieurs dizaines de supporters d'Ajaccio selon plusieurs sources. "Deux d'entre eux ont fini à l'hôpital. Ils ont subi un véritable guet-apens. C'est la honte", conclut le directeur sochalien qui annonce vouloir prendre des nouvelles des blessés par l'intermédiaire d'un des responsables de groupe de supporters sochaliens.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fc sochaux-montbeliard football sport faits divers justice société