Deux anciens co-listiers du Front National condamnés pour abus de faiblesse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Franck Ménestret, Aude Sillans et AFP

La Cour d'Appel de Besançon confirme la condamnation de deux ex-colisitiers du FN pour abus de faiblesse lors des élections municipales de 2014 à Montbéliard. Ils avaient profité de la vulnérabilité d'une vieille dame pour l'inscrire sur la liste des candidats frontistes.

En février 2014, les élus et militants frontistes battent la campagne pour trouver des candidats aux élections municipales. A Montbéliard, deux co-listiers ont profité de la vulnérabilité d'une dame de 90 ans pour l'inscrire contre son gré comme candidate. 

Dans son arrêt, la cour a estimé qu'ils avaient "frauduleusement abusé de la faiblesse de Rolande Belpomme, 90 ans, qui s'est retrouvée inscrite sur la liste des candidats (du Front national) alors qu'elle présentait une perte importante de ses facultés cognitives"

Peines d'amende confirmées en appel

Robert Sennerich, ex-conseiller régional, époux de Sophie Montel, l'euro-députée proche de Marine Le Pen, chef de file du FN à la région ainsi que Catherine Piotrowski ont été respectivement condamnés à 5000 et 2000 euros d'amende pour abus de faiblesse. La Cour d'Appel confirme ainsi le jugement de première instance du Tribunal de Montbéliard rendu l'an dernier. 

Peines complémentaires d'inéligibilité 

La Cour d'Appel de Besançon a par ailleurs condamné les deux anciens colistiers du Front National à cinq ans d'inéligibilité. 

Un jugement politique 

Cité par l'AFP, Robert Sennerich a réagi en déclarant que le jugement était politique. "Nous la connaissions depuis 30 ans. C'était une sympathisante FN, mais je n'ai pas pu le prouver", a ajouté le secrétaire départemental FN du Doubs, qui n'occupe plus de mandats électoraux.

A lire aussi sur le blog politique