Pass sanitaire : les hôpitaux et les Ehpad s'organisent, exemple à l'hôpital de Pontarlier

Le pass sanitaire entrera en vigueur aussi pour les hôpitaux et les Ehpad (Etablissement d'hébergement pour Personnes âgées dépendantes) dès le lundi 9 août. Exemple de l'organisation que cette mesure nécessite à l'hôpital de Pontarlier.

"Personne ne sera privé de soins en fonction du pass sanitaire et jamais nous n'empêcherons une famille d'aller voir ses proches en fin de vie ou en situation d'urgence". Ces propos sont ceux d'Olivier Véran, le ministre de la Santé. Il s'est voulu rassurant, devant l'inquiétude d'une partie des malades et de leurs familles.

Gérard Raymond, président de France Assos Santé, la principale fédération d'associations de patients, considère que "le pass sanitaire est utilisé de façon intelligente. Les patients pourront avoir accès aux soins et, pour les visiteurs, l'obligation du pass sanitaire permettra d'éviter les contaminations".

A Pontarlier, une durée d'adaptation est prévue

A priori, l'heure est à "la souplesse et à la tolérance", selon le directeur de l'hôpital de Pontarlier.

Chaque visiteur devra obligatoirement présenter son pass sanitaire à partir du lundi 9 août. Ici, pas question d'agent de sécurité mais ce sont des membres du personnel hospitalier qui scanneront les fameux QR Code. Pour ceux qui viennent pour des consultations ou des examens, le pass sanitaire sera normalement obligatoire à cette même date. Mais le directeur de l'établissement prévoit une période de souplesse : "Autant nous serons rigoureux avec les visiteurs, autant pour les autres, la première étape sera de faire de la pédagogie."

Une seule entrée sera conservée, justement, pour faciliter les contrôles à l'accès de l'hôpital. L'entrée de la maternité est momentanément fermée.

Restent les professionnels que leurs métiers amènent à l'hôpital, comme les ambulanciers et les chauffeurs de taxi. Pour eux également, le pass sanitaire est obligatoire. À Pontarlier, la durée de tolérance est fixée jusqu'au 30 août. Et la direction de l'hôpital espère que les entreprises feront appliquer la loi auprès de leurs salariés. 

En résumé, voici les consignes

Dans un communiqué, le CHU de Besançon fait le point pour que les consignes soient claires. Elles sont valables pour tous les établissements hospitaliers :

***Patients, accompagnants, visiteurs, intervenants : les justificatifs nécessaires

Hors urgence, toute personne désireuse de venir au CHU devra présenter, en format numérique ou en version papier :

  • soit un justificatif du statut vaccinal ;
  • soit un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par le Covid-19 ;
  • soit un certificat médical de rétablissement à la suite d’une contamination par le Covid-19.

Cette demande de justificatif concerne :

  • les patients venant pour des soins programmés (consultation ou hospitalisation) ;
  • les accompagnants (y compris de patients mineurs). Le nombre d’accompagnants doit être limité autant que possible à une personne par patient.
  • les visiteurs (il est demandé aux visiteurs de venir en nombre très restreint).

Les patients admis dans un service d’urgence ne sont pas concernés par la présentation d’un justificatif. Dans ce cas, il est demandé de restreindre l’accompagnement du patient à une personne.

A compter du 30 août, les dispositions relatives au pass sanitaire seront également applicables aux intervenants et prestataires extérieurs amenés à être présents.