Prix de l’énergie : Dole, Héricourt, Belfort.. après Besançon, ces communes qui entrent dans le bal nocturne des économies d’éclairage

Publié le

Alors que les prix du gaz et de l’électricité sont en forte hausse, le gouvernement appelle les citoyens et les collectivités à réduire leur consommation. Pour certaines communes, cela passe par une extinction anticipée de l’éclairage public ou de monuments qui ne sont plus illuminés.

Besançon n’a pas attendu la crise énergétique pour éteindre la nuit la Citadelle de Vauban classée au patrimoine de l’Unesco. Si l’édifice qui surplombe le Doubs offre un décor de carte postale dès que la nuit tombe, il requiert une note conséquente pour l’éclairer. Depuis 2 ans, l’éteindre ponctuellement a permis d’économiser 10.000 euros par an, nous explique la municipalité. La Citadelle n’est plus éclairée le soir depuis septembre 2020, sauf lorsque des événements particuliers s’y déroulent, notamment l’été. Une décision actée en début de mandat de la maire écologiste Anne Vignot. Certains élus ou Bisontins ont publiquement dénoncé cette mesure.

“Quelle est l’utilité d’éclairer des bâtiments publics entre minuit et 5 heures du matin quand il n’y a quasiment personne ?” 

À Dole dans le Jura, certains monuments comme la médiathèque sont déjà éteints à partir de minuit. La ville va aller au-delà. À partir du 1er octobre, dans quatre quartiers, elle va éteindre l’éclairage urbain entre minuit et 5 heures du matin jusqu’à Noël. Et en élargissant la mesure, couplée à l’extinction d’autres bâtiments publics, la note pourrait baisser de 192.000 euros par an sur une facture de 400.000 euros.

Pour Jean-Baptiste Gagnoux, maire LR de la commune, le bon sens doit l’emporter face à ces factures qui s’envolent. “Quelle est l’utilité d’éclairer des bâtiments publics entre minuit et 5 heures du matin quand il n’y a quasiment personne ?” dit-il. La ville souhaite aussi rénover son parc, pour passer aux leds notamment, moins énergivores.

La lourde facture de l'éclairage public en France

Diminuer l’éclairage nocturne, c’est bon pour la planète, bon pour les factures, bon pour observer au mieux les étoiles… Une prise de conscience qui ira-t-elle au-delà de la crise énergétique actuelle ? Selon une expertise de l’Ademe, pour l’agence de la transition écologique, en France, l’énergie consommée par l’éclairage public représente :

  • 41 % des consommations d’électricité des collectivités territoriales ;
  • 16 % de leurs consommations toutes énergies confondues ;
  • 37 % de leur facture d’électricité.

En rénovant un parc parfois ancien, les communes peuvent aussi faire des économies. Le potentiel de réduction des consommations est énorme, car plus de la moitié du parc est obsolète et sur consommatrice d’énergie : boules diffusantes, lampes à vapeur de mercure...Près de 40 % des luminaires en service ont plus de vingt ans, rappelle l’Ademe.

Economiser, jusqu'où ?

En Franche-Comté, en Haute-Saône, la commune d’Héricourt elle aussi entre dans le bal nocturne des économies. L’éclairage public va être coupé entre 23 h et 5 h du matin dans une grande partie d’Héricourt hormis les entrées de ville et les grands axes.

D’autres communes vont prendre des mesures comme Belfort qui s’apprête à éteindre l’éclairage public un peu plus tôt. Dans les petites communes, certains élus s’interrogent, vont-ils chauffer, éclairer leurs mairies ? "Passer au télétravail et au Conseil municipal en visio ?" s'interroge une élue que nous avons pu joindre.

Paris, moins d’éclairage aussi la nuit

Les grandes villes ont franchi le pas. Paris compte bien réduire sa facture de 10%. Après la tour Eiffel, c'est le Louvre et Versailles qui ont avancé l'extinction de leur éclairage. La Pyramide du Louvre sera éteinte à 23H00 au lieu de 1H00 du matin. "Nous allons aussi éteindre la façade du Château de Versailles à 22H00 au lieu de 23H00 la semaine prochaine", a annoncé le 17 septembre la ministre de Culture Rima Abdul Malak.

Les collectivités invitées à attendre et à ne pas signer de nouveaux contrats

Invité le 22 septembre de BFM TV, Emmanuel Macron a invité les collectivités locales à la grande prudence sur les contrats énergétiques. “En ce moment, parfois, quand vous êtes une petite entreprise, une collectivité locale, un bailleur social, on vous propose un prix de l’électricité pour renégocier vos contrats à des prix fous : ne les signez pas aujourd’hui !" Un conseil qu'Emmanuel Macron a justifié par des discussions actuellement menées avec plusieurs pays afin de baisser les prix de l'énergie.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité