Stellantis : Début des tests ce lundi pour "Sochaux 2022" en attendant la visite d’Elisabeth Borne mardi 23 novembre

A la veille du déplacement de la ministre du Travail Elisabeth Borne à Sochaux, l’usine Stellantis a sorti ce lundi 22 novembre son tout premier véhicule test de la ligne d'assemblage "Sochaux 2022", qui lancera sa production au mois de janvier prochain.

L’information nous a été confirmée ce lundi 22 novembre par la direction du site Stellantis de Sochaux : le tout premier véhicule "test" de la nouvelle ligne de production "Sochaux 2022" sortira de l’usine aujourd’hui. Un Peugeot 3008, le premier d’une longue série assemblés sur un système voué à prendre la succession de la ligne d'assemblage actuelle. 

Un premier test grandeur nature

"Nous avons pris un peu d’avance par rapport à la date initiale (Stellantis avait coché la date du 13 décembre dans son calendrier)" précise  le directeur de la communication Jean-Charles Lefebvre, "Il s’agit là d’un premier test, une manière pour nous de vérifier les nouvelles installations, de s’assurer que les raccords fonctionnent bien".

Précision importante : la sortie de ce premier véhicule ne signifie pas que la chaîne de production fonctionne pour autant. Le démarrage est prévu pour le mois de janvier 2022, et "il faudra plusieurs semaines pour passer de l’ancien système au nouveau" précise Eric Peultier, représentant Force Ouvrière chez Stellantis Sochaux, "Ca ne se fera pas en un claquement de doigts. La transition va se faire progressivement. On ne va pas pouvoir monter en cadence comme ça, l’ancien système va encore tourner pendant un certain temps. Au moins pendant deux ou trois mois"  ajoute-t-il.

Imaginée il y a maintenant plusieurs années, la ligne de production de "Sochaux 2022" a été pensée et conçue pour devenir l’unique chaîne d’assemblage des SUV (3008 et 5008) de le marque sochalienne. Des travaux importants ont été effectués sur le site pour mener ce projet à bien et la sortie du premier véhicule en pré-production – aussi symbolique soit-elle- marque un nouveau pas en avant dans ce projet.

Débuts en janvier 2022

Le premier véhicule "vendable" devrait sortir du site de Sochaux fin janvier 2022 et la première équipe s’installera totalement en production en février. En attendant, les salariés de l’usine montbéliardaise continuent de travailler sur le système actuel. Système qui a produit en fin de semaine dernière le millionième 3008 de la marque au lion, et qui devrait pouvoir augmenter sa cadence dans les prochaines semaines.

En effet, à partir du 6 décembre, l’équipe de nuit - supprimée en septembre dernier en raison de la pénurie de semi-conducteurs qui impacte l’industrie automobile mondiale – fera son retour sur le site de Sochaux. 600 salariés intérimaires arriveront en renfort, et la production des SUV devrait augmenter de 400 unités par jour.

Quid des 600 nouveaux intérimaires ?

Suite à cette annonce, les organisations syndicales avaient explicitement demandé à la direction de privilégier le retour des intérimaires n’ayant pas vu leur contrat renouvelé en septembre. Chose qui sera faite, nous assure la direction via son service de communication aujourd’hui. "Nous allons effectivement privilégier un retour de ces intérimaires. C’est la priorité" assure Jean-Charles Lefebvre, "Il y a un intérêt commun à travailler avec des gens qui sont déjà formés. Certains salariés sont peut-être partis travailler ailleurs depuis le mois de septembre mais nous allons privilégier un retour pour ceux qui le souhaitent".

Selon les organisations syndicales, les agences d'intérim de la région ont été informées de cette décision et les écoles de formation sont en train de se mettre en place progressivement. "Pour certains ça a été une bonne nouvelle, car ils étaient sans boulot, et pour d’autres, qui ont trouvé du travail ailleurs, c’est un peu différent" reconnaît Eric Peultier, "On espère que les choses vont rentrer un peu dans l’ordre : que des anciens salariés du ferrage - passés au montage - puissent revenir au ferrage par exemple. Il faut profiter de l’opportunité pour rapatrier les gens qui le souhaitent à leur poste d’origine" se positionne le représentant syndical.

Les effectifs réduits de moitié

Toutefois, le passage de deux à une seule et unique ligne de production conjuguée à la crise des semi-conducteurs "n’aidera pas au retour des intérimaires" estime Eric Peultier. "Avant la crise sanitaire, nous avions 2000 intérimaires à Sochaux, aujourd’hui ils sont 600 et demain, avec Sochaux 2022, on peut espérer au mieux qu’ils soient 1000 ou 1200". Le retour de l’équipe de nuit devrait néanmoins avoir des conséquences positives pour l’emploi dans le Nord-Franche-Comté et permettre aux sous-traitants de Stellantis d’augmenter à leur tour leur activité.

Les syndicats veulent rencontrer Elisabeth Borne

Ce mardi 23 novembre, la ministre du Travail Elisabeth Borne est d’ailleurs attendu à Sochaux pour une visite du chantier et évoquer les outils d'accompagnement à la mobilité interne et externe. Les syndicats souhaitent la rencontrer et ont écrit aujourd'hui à la préfecture pour solliciter une entrevue avec la ministre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stellantis entreprises économie industrie automobile