Cet article date de plus de 5 ans

Elections régionales : Des voix s'élèvent contre l'interdiction des manifestations en Côte-d'Or

Deux manifestations pour le climat étaient prévues le week-end du 28 et 29 novembre, elles ont été interdites par la Préfecture de Côte-d'Or. Or des voix s'élèvent contre cette interdiction, parmi elles, Europe Ecologie les Verts et les Ecologistes, ainsi que la liste "L'Alternative à gauche".

La Préfecture de Côte-d'Or met en avant la sécurité

Comme les ressources en moyens humains sont mobilisées pour la sécurisation des sites publics, ainsi que pour la tenue de la conférence sur le Climat à Paris, la Préfecture de Côte-d'Or a décidé d'interdire les manifestations d'envergure, car elle ne peut pas assurer la sécurité de ces évènements.
Par deux communiqués reçus le 26 novembre, deux formations politiques en lice pour les élections régionales des 6 et 13 décembre ont réagi.


Les écologistes y voient une "interdiction de toute expression politique autre que les conférences de la COP 21"

"Nous comprenons les impératifs de sécurité, mais nous regrettons que le gouvernement n'ait même pas souhaité envisager avec les organisateurs des formes alternatives de mobilisation.
Cette interdiction, taillée sur mesure pour viser les mobilisations citoyennes pour le climat, interroge, alors que de nombreux événements, dont les marchés de Noël, eux aussi en extérieur, sont autorisés.

Ce deux poids deux mesures fait peser un doute sur les motivations réelles de l'interdiction. Comment ne pas y voir l'occasion d'interdire toute expression politique autre que les conférences officielles liées à la COP21 ?
Les Écologistes de Bourgogne Franche-Comté soutiennent les associations et citoyens qui appellent à se mobiliser malgré l'interdiction.
A l'heure de la mobilisation vitale pour le climat, nous avons besoin de toutes les forces politiques et citoyennes, ne pas voir cela et réduire la COP21 aux seules manifestations officielles est une erreur, pire une faute.
Cécile Prudhomme
tête de liste des Écologistes de Bourgogne Franche-Comté"


La liste l'Alternative à Gauche voient "une aubaine de faire taire une contestation"

"Sur ordre du Gouvernement Hollande/Valls, le préfet de Côte d‘Or vient d’interdire deux manifestations pour le Climat annoncées à Dijon, le 28 par le collectif Alternatiba Dijon et le 29 novembre par Avaaz.
Nous pouvons comprendre que des mesures soient prises pour renforcer la sécurité des citoyen-ne-s au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris.
Nous ne pouvons ignorer la peur de nos concitoyen-ne-s face à ces semeurs de mort pas plus que nous devons ignorer la peur de la mort programmée de la planète par un système économique et social destructeur de l’humain et des écosystèmes.
Mais nous ne voulons ni céder à la peur dans laquelle veulent nous enfermer les assassins du Bataclan ni céder à ceux qui prétendent assurer notre sécurité en nous privant de nos droits démocratiques.

On peut donc légitimement s'interroger sur les motivations réelles de ces interdictions. C'est une aubaine de pouvoir faire taire une contestation qui prend de l’ampleur à la veille de la conférence de Paris sur le climat !
Ceux qui se permettent, en surfant sur l’émotion légitime de tout un peuple, d’imposer un état d’urgence antidémocratique refusent que les citoyen-ne-s proclament l’urgence climatique et exigent que les chefs d’Etat prennent enfin les mesures indispensables pour sauver la planète.
Ces manifestations annoncées et préparées de longue date en toute responsabilité ne présentent pas plus de danger qu’un marché de Noël ou un match de foot. Les élections régionales sont maintenues. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures ! Ces manifestations doivent être autorisées.
L’aveuglement persistant des autorités ne ferait qu’engendrer des affrontements qui, poussés à leur terme, déboucheraient inévitablement sur des actes de désobéissance civique.

Les candidat-e-s de la liste « l’Alternative à Gauche » de Côte d’Or"





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme élections régionales 2021 politique élections