Environnement : pourquoi est-il important de construire des nichoirs à hirondelles ?

Le nombre d'hirondelles ne cesse de diminuer
Le nombre d'hirondelles ne cesse de diminuer

Le Parc naturel régional du Morvan et la Société d'Histoire Naturelle d'Autun organisent des ateliers de fabrication de nichoirs à hirondelle. Une action simple et très efficace pour préserver cette espèce menacée.
 

Par B.L.

 

Pourquoi y a-t-il de moins en moins d'hirondelles ? 


Il existe plusieurs types d’hirondelles en Bourgogne (hirondelle rustique, hirondelle de fenêtre, hirondelle de rivage et hirondelle de rocher).
Toutes les hirondelles sont des espèces protégées. Pourtant, ces oiseaux sont menacés de disparition. Cela s’explique notamment par la destruction de leur environnement.

En effet, les hirondelles construisent leurs nids au niveau des façades des maisons et des granges. Souvent, lorsque des travaux sont réalisés, ces nids sont tout simplement détruits.

Résultat : le nombre d’hirondelles ne cesse de diminuer. "On en a de moins en moins. On estime que 40% des effectifs d’hirondelles ont disparu en 20 ans", dit Cyril Paquignon, animateur nature au Parc naturel régional du Morvan.

 
Un groupe d'hirondelles
Un groupe d'hirondelles
 

Comment fabriquer un nichoir pour les hirondelles ?

Pour tenter d'éviter leur extinction, des ateliers sont organisés régulièrement pour apprendre au public à construire des nichoirs.

Le principe est simple et tout le monde peut le faire chez soi : il suffit d’un peu de plâtre, de la terre et de la paille. On mélange tous les éléments avec un peu d’eau. Quand la préparation est homogène, on lui donne une forme ronde en se servant d’un saladier retourné par exemple. On laisse sécher et on obtient un nid.


Le petit truc en plus : pour limiter les déjections d’oiseau, il suffit d’installer une planchette ou un morceau de bâche sous ce nichoir.
 
Le reportage de Rémy Chidaine, Tania Gomes et Philippe Sabatier avec :
-des habitants
-Cyril Paquignon, animateur nature au Parc naturel régional du Morvan
-Vincent Vilcot, chargé d'études à la Société d'histoire naturelle d'Autun

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus