En Franche-Comté, des rassemblements en hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie assassiné

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Hienard

Les syndicats d'enseignants se sont donnés le mot : à 15 heures, ce dimanche 18 octobre, des hommages sont prévus dans toute la France. En Franche-Comté, sept rassemblements se sont déroulés l'après-midi.

Partout en France, les hommages fleurissent. Certains rassemblements sont à l'initiative de professeurs ou de syndicats d'enseignants, d'autres viennent de personnalités politiques, ou de citoyens. Tous veulent se recueillir, après l'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire géographie décapité devant son collège à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.
 
En Franche-Comté, des hommages rendus à Samuel Paty, professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine


Les rassemblements à l'initiative des syndicats de professeurs ont lieu à 15 heures, ce dimanche 18 octobre. 

Dans le Doubs

Ce sont les syndicats de professeurs FSU, UNSA Education, Sgen-CFDT, FO et CGT Educ'action qui ont initié les rassemblements.
  • A Besançon, l'Esplanade des Droits de l'Homme est noire de monde ce dimanche. Citoyens comme enseignants, plusieurs centaines de personnes ont ressenti le besoin de se réunir pour rendre hommage à Samuel Paty. Les discussions ont laissé place au silence puis aux applaudissements. Sur la statue de Victor Hugo, au creux de ses bras, une affiche a été déposée, sur laquelle est écrite « laïcité ». La maire de la ville Anne Vignot (EELV) s'est jointe aux citoyennes et citoyens. Au-delà de la sidération après l'annonce de ces terribles événements, l'édile insiste sur l'importance de se recueillir : « Ce qui est important c'est de se retrouver tous en même temps, ensemble, en apportant notre soutien auprès de l'Education nationale et des enseignants. La société réagit et qu'elle a besoin d'entendre que les valeurs républicaines doivent être vivantes et doivent être défendues. »
 
 
  • A Montbéliard, un hommage silencieux s'est tenu devant le lycée des Huisselets.
  • A Héricourt, les professeurs se sont rendus au lycée Aragon pour rendre hommage à leur collègue.
Dans un communiqué de presse, les syndicats de professeurs FSU, UNSA Education, Sgen-CFDT, FO et CGT Educ'action du Doubs déclarent :
« L'assassinat lâche et abject d’un enseignant porte aussi attaque à des principes fondamentaux de la république comme la liberté d’expression, la liberté de conscience, la laïcité.

Nous demandons que tout le soutien nécessaire soit apporté aux personnels et au service public d’éducation. Nous demandons que chacun s'abstienne de toute instrumentalisation politique.

Nous refuserons toute stigmatisation des musulmans. Nous ne lâcherons rien sur la nécessité d'apporter partout, pour tous,l'instruction, la raison, la réflexion et tout ce qui permet de construire l'autonomie de jugement. »

Dans le Jura

  • A Lons-le-Saunier, un hommage a eu lieu dimanche 18 octobre à 15 heures, Place de la Liberté, à l'initiative de deux organisations syndicales de professeurs, le SNES FSU et l'UNSA.
 
  • A Dole, le rassemblement s'est tenu Place de la sous-préfecture.
 

En Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort

  • A Vesoul, la place de la République a accueilli plus de deux cents personnes.
 
  • A Belfort, 300 personnes environ, la plupart professeurs, se sont déplacées, masquées jusqu'à la place de la République. Beaucoup tenaient dans leurs mains une pancarte noire avec l'inscription #JeSuisEnseignant. Des affiches qui font écho au #JeSuisCharlie, survenu en 2015 après les attentats contre Charlie Hebdo.
 

Les réactions des personnalités politiques

A Audincourt, une centaine de personnes se sont réunies devant la mairie vers 11 heures. L'édile Martial Bourquin a rendu hommage à Samuel Paty, et a réaffirmé les libertés d'expression et de conscience. L'élu s'est ensuite élancé, une gerbe de fleurs à la main, et l'a déposé devant la plaque des droits de l'Homme. La Marseillaise a alors retenti.
 

 


Plusieurs personnalités politiques de la région ont apporté leur soutien sur les réseaux sociaux, après l'assassinat du professeur d'Histoire-Géographie. La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté Marie-Guite Dufay (PS) évoque une attaque contre un "symbole de la République", et a une pensée pour les proches de Samuel Paty et le corps enseignant.
 
La député (LR) du Doubs Annie Genevard revient sur le rôle nécessaire des professeurs dans la République, et s'appuie sur son expérience d'enseignante.