Besançon : le combat devant le tribunal de l'agricultrice bio Claire Guyon

Publié le

Cette agricultrice mène un combat administratif depuis des semaines pour pouvoir exploiter un pâturage à Rochejean, dans le Doubs. Elle était convoquée ce lundi 16 mai devant le tribunal administratif. Un collectif de soutien était présent. Délibéré ce mardi.

Il y avait du monde ce lundi après-midi devant le Tribunal Administratif de Besançon. Des syndicats paysans et des proches de Claire Guyon.

Nous vous avions parlé de cette jeune agricultrice qui souhaite trouver des terres dans le Haut-Doubs pour installer un élevage. Une installation compromise puisque le maire de la commune (Rochejean) refuse cette installation. Et porte l'affaire en justice.

Une décision attendue puisque l'heure de l'estive approche. Les bêtes doivent monter aux alpages. En toile de fond c'est le problème de l'installation des jeunes agriculteurs sur des terres très demandées et la plupart du temps dédiées au Comté. Claire Guyon souhaite développer un projet alternatif d'élevage de vaches et poulets en petites quantités

A la sortie du tribunal cet après-midi, où un comité de soutien l'attendait, Claire a dénoncé un acharnement parce qu'elle fait autre chose que du comté dans le Haut-Doubs.

"C'est une nouvelle procédure sur les trois autres déjà en cours c'est incroyable ! C'est un acharnement supplémentaire que j'ai du mal à comprendre. Je ne vois pas ce que je fais de mal et ce que je fais n'est pas illégal, j'ai toujours obtenu les autorisations pour m'installer sur ce terrain" témoigne-t-elle à la sortie du tribunal de Besançon.

Il s'agit d'une assignation en procédure expresse voulue par une dame de nationalité suisse, titulaire du bail initial à la Boivine. Cette dame n'exploite plus directement car elle est en retraite depuis 2020 et ce sont ses gendres qui ont pris sa succession, mais les formalités de transmission du bail n'ont pas été faites.  

D'autre part en 2021 Claire a signé un accord amiable avec les gendres, exploitants agricoles et la suissesse retraitée pour qu'ils mettent leurs bêtes à la Boivine le temps de la conversion du pâturage de Claire en agriculture biologique. Leurs avocats ont finalement dénoncé cet accord et la retraitée suisse conteste l'attribution à la jeune agricultrice.

Le délibéré a été fixé à ce mardi 17 mai.

Qui est Claire Guyon ?

Claire Guyon est une paysanne prise dans des imbroglios juridiques et relationnels. Elle peine depuis quelques années à trouver des terres dans et autour de sa commune de Vaux-et-Chantegrue dans le Doubs pour développer son élevage de vaches et de poules en transhumance.  

Originaire du Haut-Doubs, Claire a été formée au lycée agricole Granvelle de Dannemarie-sur-Crête près de Besançon, et a exercé plusieurs métiers dans la région dont celui de bergère pendant 10 ans.   

En 2017, elle rachète la ferme et un demi-hectare de sa grande tante sur la commune de Chantegrue. Son oncle lui cède 3,7 hectares, et elle loue 5 hectares en limite de commune. La municipalité de Vaux-et-Chantegrue lui dit dès 2018 que si elle veut louer 5 hectares supplémentaires de terres communales, des pelouses sèches pour du pâturage, il faudra attendre la cession d'une activité. Ce qui advient en 2019. Sauf que depuis, elle se heurte à d'innombrables procédures personnelles et judiciaires.