Coronavirus : Les colonies de vacances et centres de loisirs s'inquiètent après la réception du protocole sanitaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Loris Trullard

Ce mardi 9 juin, le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse a diffusé le protocole sanitaire que les colonies de vacances devront respecter pour l'été. Mais qu’en pensent les organisateurs de ces séjours en Franche-Comté ?

Très attendu, le protocole sanitaire à respecter en colonie de vacances est soigneusement lu par tous les professionnels du secteur depuis ce mardi 9 juin. Distanciation sociale, désinfection régulière des locaux et matériels utilisés… Les colos en 2020 se feront dans des conditions particulières.

 

Le protocole sanitaire qui impose des mesures drastiques

 

Les conditions sanitaires à respecter vont être compliquées à mettre en place pour les organisateurs de colonies de vacances. « Ce protocole est difficilement réalisable » avoue Émeline Midol, directrice du Centre de Loisirs du Barboux.

« Il complique les caractères éducatifs de vivre ensemble et de mixité sociale des colos » ajoute la responsable. « Dès lors qu’il y a de la distanciation sociale, cela devient compliqué » affirme-t-elle.

« Des parents me demandent si on va pouvoir garder l’aspect convivial de la colonie » souligne Olivier Perret, directeur du Chalet des Campènes, qui s'interroge lui aussi. Malgré certaines conditions strictes, il relativise. « Le protocole s’est un peu assoupli en termes de couchage » se réjouit-il. « Nous allons pouvoir accuellir plus pouvant plus d’enfants que prévu » ajoute-t-il.

 

« Ce protocole sanitaire est très contraignant » estime Thierry Dauvergne, directeur départemental des Francas de Haute-Saône. « La distance physique à respecter est antinomique avec la notion de jeu » ajoute-t-il. Malgré ces restrictions, le directeur assure que les Francas de Haute-Saône feront « en sorte de respecter le protocole. »

 

« On est surtout déçu pour les jeunes »

 

« Je m’attendais à un assouplissement du protocole plus conséquent » confie Thierry Dauvergne. Le directeur des Francas de Haute-Saône s’attendait à davantage de nouvelles mesures. « Ce protocole ne nous apporte pas grand-chose de plus » considère-t-il. Il se dit déçu mais espère que « les conditions évolueront dans les prochaines semaines vers un assouplissement. »

« On est surtout déçu pour les jeunes » indique Olivier Perret. « On aurait aimé que les enfants puissent vivre à peu près normalement » détaille l’organisateur de séjours vacances.

Émeline Midol, elle, n’attendait plus l’arrivée de ce protocole. « C’est beaucoup trop tard ! » lance la directrice du centre aéré du Doubs. « On attend depuis le 2 juin » précise-t-elle. « En trois semaines, on a tout à organiser » s’inquiète Émeline Midol, qui va prochainement contacter les parents d'enfants inscrits aux colonies.

 

Ce que dit le protocole sanitaire
La capacité d’accueil d’enfants en colonies de vacances n’est pas limitée, sauf si la distanciation sociale et les gestes barrières ne sont pas respectés.
La distanciation physique d’un mètre doit être respectée, notamment lors des repas et dans les chambres.
Quand la distanciation physique ne peut pas être respectée, les encadrants ont pour obligation de porter un masque ainsi que les mineurs de plus de 11 ans pendant une activité.
La distanciation sociale est fixée à deux mètres pendant une activité physique ou sportive.
Des petits groupes de 15 personnes maximum seront à organiser.
L’entretien des locaux doit être réalisé deux fois par jour. Les objets régulièrement touchés, comme les poignées de portes, sont à désinfecter quotidiennement.
Du savon, des points d’eau pour se laver les mains et du gel hydroalcoolique sont à prévoir en quantité suffisante.