François Michelin, qui a dirigé le groupe français de pneumatiques, est mort

François Michelin, gérant du fabricant français de pneumatiques pendant 47 ans jusqu'en 1999, est décédé à l'âge de 88 ans, a annoncé le groupe Michelin mercredi 29 avril 2015.


"Nous avons appris aujourd'hui avec une très profonde émotion la disparition de Monsieur François Michelin", a indiqué l'entreprise dans un communiqué. Interrogé par l'AFP, le groupe n'a pas confirmé le jour et le lieu de son décès.

Pourquoi François Michelin était-il un patron atypique?

Il avait été nommé cogérant des Etablissements Michelin, à moins de 30 ans, en 1955 par son grand-père, Edouard, l'un des deux frères fondateurs de l'entreprise, auquel il vouait une grande admiration. "C'est mon grand-père qui s'est occupé de moi. Et il n'a eu de cesse de me faire comprendre l'essentiel du contact avec la matière", ce caoutchouc ouvragé jusqu'à faire un pneu, déclarait-il en 2002 au quotidien régional La Montagne.

Né le 15 juin 1926 à Clermont-Ferrand, il se retrouve en effet orphelin à dix ans, après le décès de son père, Etienne, dans un accident d'avion en 1932, puis celui de sa mère quatre ans plus tard.

Après des études de mathématiques, il intègre en 1951 les usines clermontoises sous une fausse identité pour apprendre ses métiers "sur le tas", occupant différentes fonctions, dont celle d'ouvrier.

Ceux qui l'ont côtoyé tout au long de sa carrière le décrivent comme un "visionnaire" privilégiant avant tout "le client, la qualité". Ils soulignent aussi sa "capacité d'écoute, d'attention" et sa "faculté de mettre à l'aise son interlocuteur" tout en ayant une forte personnalité.


Pourquoi avait-il le culte du secret?

Sous son impulsion, le groupe s'implante sur les marchés américains et devient le numéro un mondial du secteur, notamment grâce au succès du pneu radial, un produit révolutionnaire dans les années 1960, qui lui permet de devancer ses concurrents un à un.

Durant un demi-siècle de règne, François Michelin ne déroge pas au culte du secret pratiqué depuis toujours dans le groupe. Ainsi, c'est seulement après son départ qu'un service de communication sera mis en place.

Le paternalisme de François Michelin était controversé : "c'était une facette, la vitrine Michelin et une façon de fidéliser les salariés", estime un responsable syndical ayant requis l'anonymat.
Ses relations avec les syndicats ont toujours été houleuses et émaillées de grèves dures comme en 1977.

"Monsieur François" avait tiré sa révérence en mai 2002, transmettant les rênes de l'entreprise à son fils Edouard, cinquième de ses six enfants, qui a disparu tragiquement en mer en 2006.



Où le groupe Michelin est-il implanté en Bourgogne ?

Le groupe Michelin possède deux sites dans la région :
Blanzy, en Saône-et-Loire, dans la zone industrielle de La Fiolle. Le fabricant de pneus a annoncé qu'il allait investir 50 millions d'euros dans son usine de Blanzy, d'ici 2017.
Avallon, dans l’Yonne, Pneu Laurent, un rechapeur de pneus poids lourds et génie civil qui est une filiale du groupe Michelin