Grèves SNCF : paroles de cheminots

Des trains à l'arrêt, en gare de Laroche-Migennes / © FTV
Des trains à l'arrêt, en gare de Laroche-Migennes / © FTV

Désormais plus long que les grèves de 1986, le mouvement de grève contre la réforme des retraites en est ce lundi 6 janvier à son 33ème jour. Malgré l'impact financier sur leur portefeuille, beaucoup de cheminots se disent déterminés à poursuivre le mouvement comme à Laroche-Migennes.

Par F.L.

Une grève record
Cela fait 33 jours qu'ils affichent la même détermination, les cheminots ne lâchent rien.
Certains d'entre eux ne toucheront quasiment pas de salaire à la fin du mois. 
Ainsi, Christophe Seilliebert, conducteur de train, déclare "On va avoir un mois de janvier ou il y aura quasiment rien, il faudra se serrer la ceinture et il va falloir faire attention et cela va être compliqué !", et d'ajouter que "Heureusement on a les AG qui sont là, on se revoit, cela nous fait du bien, on se serre les coudes. C'est ça la particularité cheminote, on est assez soudés et c'est ce qui fait qu'on arrive à tenir dans le temps pour le mouvement."

Un mouvement pour les plus jeunes
Le but des cheminots est de tenir le mouvement sur la durée. Ce mouvement de grève doit avant tout servir l'intérêt collectif et notamment l'avenir des plus jeunes. 
Christophe Seilliebert estime que "ce que l'on pourrait perdre plus tard, c'est bien pire de ce que l'on va perdre là. On tient, on tient, je pense beaucoup à mes garçons, à ce qu'on va leur laisser. Il va falloir qu'ils travaillent beaucoup plus longtemps avec des retraites de misère, c'est pas possible."

Une grève reconduite
Signe qu'ils sont prêts à ne rien lâcher, à l'unanimité, les cheminots de Laroche Migennes ont voté ce lundi matin 6 janvier la reconduction de la grève, même si certains s'interrogent sur sa forme. 
Stéphane Anglade, conducteur de trains, décalre que "On vit avec notre travail ! Quand on ne travaille pas, on ne touche pas d'argent, mais il y a d'autres formes au mouvement qui peuvent aussi être très efficaces, j'espère aussi qu'on va creuser un petit peu ça et qu'on va réussir à sauver les retraites de nos enfants"
Même si l'issue de cette grève record reste inconnue, la lutte engagée par les cheminots, avec fierté et détermination, restera certainement gravée dans l'histoire du rail.

Le reportage de Yoann Etienne et Claude Heudes
Intervenants :
  • Christophe Seilliebert, conducteur de train à la SNCF
  • Stéphane Anglade, conducteur de train à la SNCF
Grève SNCF : paroles de cheminots

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus