Grippe saisonnière : vers une vaccination massive en Bourgogne-Franche-Comté ?

Ce mardi 13 octobre marquera le début de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, dans un contexte pour le moins inédit. Alors que les autorités sanitaires multiplient les appels à se faire vacciner, les professionnels se préparent à une hausse des demandes.

Les personnes à risque de complications graves de la grippe sont appelées à se faire vacciner à priorité, dès ce mardi.
Les personnes à risque de complications graves de la grippe sont appelées à se faire vacciner à priorité, dès ce mardi. © Rodolphe Augier / France 3 Bourgogne
La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière s'ouvre ce mardi. Un bon de prise en charge gratuite a déjà été envoyé à 16 millions de Français par l'Assurance maladie. En Bourgogne-Franche-Comté, ce sont 667 000 personnes considérées comme à risque qui en ont bénéficié, notamment des personnes âgées de plus de 65 ans, des personnes souffrant de maladie chronique ou des femmes enceinte. Des populations également très exposées à la Covid-19.
 

Plus que les années précédentes, le vaccin est vivement recommandé pour éviter la double infection et l'engorgement des hôpitaux. Fin septembre, 75 députés de la République en Marche (LREM) ont d'ailleurs signé une tribune appelant à se faire "vacciner massivement". Parmi eux notamment, le député du Doubs, Éric Alauzet.
 

15 millions de doses commandées


Y aura-t-il suffisamment de doses de vaccins contre la grippe saisonnière cet hiver ? La question se pose. Le ministre de la Santé a déclaré que 15,5 millions de doses ont été commandées contre 11 millions l’automne dernier. « Pour la première fois, en plus des commandes des officines, nous avons procédé à des sécurisations de commandes d’État et nous avons 30 % de doses de vaccins en plus que les années précédentes », annonçait Olivier Véran au Sénat, le 24 septembre. 

En Bourgogne-Franche-Comté, l'Agence régionale de santé (ARS) indique également avoir augmenté ses stocks.  

 

Les mesures prises contre la propagation de la Covid-19 auront peut-être une incidence sur la grippe

Emmanuel Debost, Réseau grippe




Les médecins s'interrogent aussi sur la nature de l'épidémie à venir.  "Les mesures prises contre la propagation de la Covid-19, à savoir le masque, le lavage des mains, la distanciation etc. auront peut-être une incidence sur la grippe, comme sur la gastro-entérite d'ailleurs", explique Emmanuel Debost, président du Réseau grippe en Bourgogne-Franche-Comté.

"Nous suivrons avec attention l'évolution du virus grippal sur le territoire, mais aujourd'hui on ne peut rien affirmer : on est sur une année expérimentale. D'autant que la Covid-19 va brouiller tous les diagnostic, il sera donc important de se faire vacciner au moins contre l'une de ces deux pathologies."

Dans un communiqué, l’Académie nationale de pharmacie met en garde contre "une psychose qui pourrait, via une demande trop importante, entraîner des ruptures". Les autorités de santé appellent les personnes moins fragiles à patienter jusqu'au 30 novembre, pour vacciner en priorité les personnes à risque et le personnel soignant
 

En France, peu de personnels soignants se font vacciner


L’Académie nationale de médecine réclame par ailleurs que le vaccin soit rendu obligatoire pour le personnel soignant, qui se vaccine encore peu : seul un professionnel de santé sur trois s'est fait vacciner contre la grippe saisonnière à l'hiver 2018 - 2019, selon les chiffres de Santé publique France. 
   

De manière générale, le vaccin contre la grippe n'a jusqu'ici pas la côte auprès des Français. Selon l'ARS Bourgogne-Franche-Comté, le taux de couverture vaccinale moyen dans la région était de 49,1 % l'an dernier. Légèrement au-dessus de la moyenne nationale (47,8 %), mais bien loin des 75% recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe santé société