• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Hausse du prix des carburants : les vols de gasoil sont en augmentation

Les usagers de la route veulent lutter contre la hausse des prix des carburants.
Les usagers de la route veulent lutter contre la hausse des prix des carburants.

Le gasoil (ou gazole) est le carburant le plus vendu en France. Son prix est reparti à la hausse. Conséquence : les vols se multiplient depuis quelques mois. Peut-on lutter contre ce phénomène ? 
 

Par B.L.

Actuellement, le prix du gasoil est en moyenne de 1,4785 euro le litre, soit 0,17 centime de plus que la semaine précédente. Si on fait le plein sur l’autoroute, le tarif peut atteindre 1, 67 euro.

Le gasoil devient donc un produit très convoité. Les cambrioleurs n’hésitent pas à siphonner les réservoirs des camions ou des engins de chantier.
Cela se passe notamment sur les aires d’autoroute, mais pas seulement.   

 
Hausse du prix des carburants : les vols de gasoil sont en augmentation
Le gasoil (ou gazole) est le carburant le plus vendu en France. Son prix est reparti à la hausse. Conséquence : les vols se multiplient depuis quelques mois.  - Le reportage de Gabriel Talon, Christophe Gaillard et Carlos Zappalá

Quelle est la réaction des routiers ?

"Sur un site à Lux, en Saône-et-Loire, depuis un ou deux mois, on a des vols de carburant, aussi bien le week-end que la semaine", déclare Charlotte Bailly, co-gérante de la société de Transports Michel.

Face à cette recrudescence de vols, certains chauffeurs ont décidé de ne plus verrouiller le bouchon de leur réservoir pour éviter qu’il soit fracturé.
"On laisse ouvert, ça évite les coups de pioche dans le bas du réservoir. Au moins, ça évite d’avoir un manque à gagner. Le camion peut rouler quand même le lendemain", explique Alexandre Lebrun, chauffeur dans une entreprise de Bourgogne.
 

Peut-on lutter contre les vols de carburants ?

Face à ces délits de plus en plus nombreux, les professionnels des transports avouent se sentir impuissants.

"Il n’y a pas UNE solution", estime Philippe Demonteix, délégué régional FNTR (Fédération Nationale des Transports Routiers). "Il y a des méthodes de prévention effectivement. Mais, c’est difficile d’endiguer un phénomène qui est vraiment très courant sur l’ensemble du territoire."



 

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus