• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Le juge déboute Frigide Barjot de son assignation pour diffamation à l'encontre de Jean-Pierre Michel

Jean-Pierre Michel et Frigide Barjot sur le plateau du Grand Soir 3
Jean-Pierre Michel et Frigide Barjot sur le plateau du Grand Soir 3

Le sénateur, rapporteur de la loi sur le mariage pour tous,  avait refusé de recevoir une délégation menée par Frigide Barjot, l'égérie de la Manif pour tous, dans le cadre des auditions de la commission des lois du Sénat en écrivant que la Manif pour tous représentait "la pire des homophobies".

Par Isabelle Brunnarius

Dans une lettre du 26 février, dans laquelle il refusait de recevoir le collectif, 



Cette assignation pour diffamation est passée  devant la 17 eme chambre du tribunal de grande instance de Paris le 3 avril dernier. Le juge vient de rejeter la requête de la plaignante et la condamne à payer l'ensemble des frais de justice. D’après Jean-Pierre Michel, le juge a estimé que la requête de Frigide Barjot était « mal fondée », « ce qui lui coupe la possibilité d’aller au fond ».
Pour l'avocat du sénateur de Haute-Saône, "C'est une opinion pas une diffamation, les propos de mon client s'inscrivent dans un large débat public et n'outrepassent en aucun cas la liberté d'expression".
Dans un courrier daté du 26 février, Jean-Pierre Michel avait justifié son refus d'auditionner Frigide Barjot, refus déploré par l'ex chroniqueuse mondaine qui dit représenter des milliers de personnes descendues dans la rue pour refuser le mariage pour tous. le sénateur PS estimait que celui-ci représentait "la pire des homophobies".  "Vous êtes dans le déni d'homophobie comme d'autres sont dans le déni de racisme", ajoutait-il dans ce courrier qui avait été diffusé sur internet, avant de réitérer ces propos, notamment lors d'une interview sur Public Sénat.
Frigide Barjot réclame 3 000 euros de dommages et intérêts au sénateur de Haute-Saône. Un élu, lui même pris à partie par quelques militants de la Manif pour tous à Besançon. Samedi dernier, Jean-Pierre Michel n'a pu entrer dans nos studios pour participer à un débat qu'après l'intervention de la Police. 
Dans son ordonnance du tribunal de grande instance de Paris rendue jeudi, le juge des référés Julien Senel a débouté Frigide Barjot et le collectif, en les déclarant mal fondés en leur action.
Chaque partie demandait une provision de 3.000 euros de dommages et intérêts. Le magistrat a estimé que les propos poursuivis, "si cinglants soient-ils, ne sont manifestement que la simple expression d'une opinion politique", relevant de la "liberté d'expression".
Le sénateur, qui demandait 1 euro de dommages et intérêts pour procédure abusive, a lui aussi été débouté. Frigide Barjot et le collectif Manif pour tous ont décidé de faire appel.
Ce délibéré a été rendu alors que la crispation entre les anti-mariage gay et le reste de la société est grandissante. 

A lire également :
Le dernier débat houleux entre Frigide Barjot et Jean-Pierre Michel selon le Huffington Post
Une décision qui intervient dans un contexte particulier rappelle le Lab d'Europe 1
Retour sur les faits avec Le Monde

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus