Elections municipales : A Vesoul, le Rassemblement National allait présenter une candidate qui a démissionné du parti

© Julien Mattia - maxPPP
© Julien Mattia - maxPPP

En Haute-Saône, le parti de Marine Le Pen enregistre un "faux départ" dans ces municipales 2020. La jeune femme qu'il avait désigné tête de liste dans la commune de Vesoul, a en fait quitté le parti depuis plusieurs mois.  

Par S.C

Une tête de liste jeune, une candidate de 26 ans. En présentant Léonie Cugnot aux municipales de Vesoul, le Rassemblement National aurait présenté pour la première fois une liste aux municipales, dans la ville chantée par Jacques Brel.

Ce sont nos confrères de France Bleu Besançon qui ont levé le lièvre. La jeune femme ne fait plus partie du mouvement lepeniste !

Jointe par téléphone, l'intéressée confirme. "Je ne suis pas candidate aux municipales. À un moment, j'ai voulu y aller, mais je me suis rétractée. J'ai envoyé en octobre 2019 un courrier à la commission nationale d'investiture. C'est n'est pas mon problème, s'ils n'ont pas eu l'info à Vesoul" explique-t-elle.

Agacée, la jeune femme dit avoir rompu avec le parti de Marine Le Pen et ne plus en être l'adhérente pour des raisons personnelles et professionnelles, dit-elle. La jeune femme qui a fait des études de droit européen souhaite désormais se consacrer à son métier. Elle s'était engagée au Front National à l'âge de 18 ans. Elle avait été candidate aux législatives de 2017, dans la 1ère circonscription de Haute-Saône - Vesoul. Elle ne souhaite plus que son nom soit associé désormais au mouvement politique d'extrême droite. 

Léonie Cugnot était une proche de Sophie Montel, ancienne eurodéputée du Doubs qui a quitté le Front National (FN) en 2017, avant de rallier brièvement les Patriotes de Florian Philippot. Et d'en partir en juillet 2018. 


Un problème de communication au sein du RN ?


Patrice Lombard, élu Rassemblement National à la région confirme ce petit "couac" électoral. Oui, une candidate qui n'appartenait plus au Rassemblement National avait bien été investie par la commission nationale d'investiture, nous explique-t-il. L'élu explique que son parti est bien occupé par les municipales. L'information du départ de cette adhérente n'est pas redescendue jusqu'à Vesoul visiblement. Patrice Lombard dit aussi comprendre l'ex-membre de son parti : "C'est un choix de cette jeune femme que nous respectons". Contacté par téléphone Maurice Monnier, délégué départemental du RN n'a pas répondu pour l'instant à notre sollicitation. 

À Vesoul, le Rassemblement National aura-t-il le temps de trouver une nouvelle tête de liste ? Le timing est serré. Les formations politiques ont du 6 au 26 février 2020 pour déposer leurs listes et candidats en préfecture.
Dans un département de Haute-Saône, où le Rassemblement National a obtenu 48,29% des voix au second tour de la présidentielle de 2017, le Rassemblement National pourrait bien être le grand absent des élections municipales dans la ville préfecture, une ville où le maire sortant Alain Chrétien se représente.

 

Sur le même sujet

Les + Lus