Haute-Saône, Villeparois : ce que l'on sait de la découverte des deux corps carbonisés

Les gendarmes sont arrivés lundi au matin à Villeparois, peu après le drame. / © France 3 FC
Les gendarmes sont arrivés lundi au matin à Villeparois, peu après le drame. / © France 3 FC

Les corps d'un père et son fils de 9 ans ont été retrouvés brûlés au bout d'un chemin peu après 7 h lundi matin. L'enfant devait être soustrait le jour même à l'autorité paternelle et placé en foyer par les services sociaux.

Par TMD

A Villeparois, commune de 200 habitants proche de Vesoul, deux corps, l'un de taille adulte et l'autre de petite taille, ont été retrouvés carbonisés à la sortie du village, sur un chemin champêtre, ce lundi 24 juin. C'est un promeneur qui a fait la découverte à 7h22. 

Il s'agirait d'Hervé Delaunay, 47 ans, en congé de son poste de directeur de la SAFER (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural de Haute-Saône), et de son fils, 9 ans. L'homme était en instance de divorce et avait la garde pleine de son fils unique depuis 2015. La mère, ayant été mise en cause par diverses expertises psychiatriques, n'avait qu'un droit de visite médiatisé 1 heure un samedi sur deux.

Depuis quatre ans, plusieurs jugements avaient confirmé la garde paternelle de l'enfant. Mais en mai dernier, suivant des recommandations des services éducatifs départementaux, la juge des enfants avait ordonné le placement du garçon. Parmi les motivations du jugement, il était formulé que l'enfant était au coeur d'un "conflit conjugal et parental aigu" et vivait avec un père "surprotecteur et fusionnel" par lequel il n'était "jamais frustré".

Le père et son avocate avaient décidé de faire appel du placement. L'audience était fixée début septembre, mais l'appel n'était pas suspensif. C'est la perspective de voir son fils emmené par les éducateurs, comme prévu à 8h30 ce lundi matin, qui a pu motiver un geste irréversible du père sur son enfant et lui-même.

Les investigations ont été confiées à la brigade de recherches de Vesoul et la section de recherches de Besançon. Les causes de la mort des deux personnes ne sont pas encore connues. Des prélèvements génétiques ont été envoyés au laboratoire d'Epinal, qui donnera la certitude de l'identification en fin de semaine. Selon les enquêteurs, la participation d'une tierce personne est exclue.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'école de Bellefontaine en grève et en deuil

Les + Lus