"J'espère être à la hauteur": Amélie, directrice Périscolaire, va porter la Flamme Olympique et représenter la Haute-Saône

Plus sur le thème :

Pas besoin d'être un champion ou une personnalité publique pour avoir le privilège de participer au relais de la Flamme pour les Jeux de Paris 2024. Directrice du Périscolaire dans la petite commune haut-saônoise de Saulx, c'est son maire qui lui a conseillé de saisir sa chance. Amélie a hâte d'en être.

Beaucoup de monde autour, les enfants de son école (elle l'espère) en soutien et cette flamme qui s'agitera devant elle pour quelques centaines de mètres. C'est comme ça qu'elle l'imagine, Amélie, sa journée du 25 juin prochain. 

Elle n'y croyait pas vraiment, quand elle a rempli le dossier de candidature, poussée par Benjamin Gonzales, le maire de la commune de 800 habitants où elle est directrice du Périscolaire. Car si le département de la Haute-Saône ne s'est pas porté candidat pour le passage de la Flamme, il était possible de postuler pour réaliser un relais dans un département voisin. Et Benjamin Gonzales a choisi de parrainer Amélie, dont le dossier a été validé par Terre de Jeux 2024 parmi des centaines d'autres. Une façon pour l'édile de récompenser une personne qui s'investit beaucoup pour le développement des activités sportives auprès d'un public jeune. 

"C'est une belle fierté de représenter Saulx et la Communauté de Communes, explique la jeune femme de 34 ans au milieu des enfants de la cour de récréation. C'est une belle expérience, je pense que je ne le vivrai qu'une fois dans ma vie, je suis très fière !"  

Si il y en a deux qui sont fières, ce sont bien Mila et Soline, six et trois ans. Leur maman leur a expliqué. Alors depuis l'annonce, Amélie s'est équipée d'une nouvelle paire de baskets et a repris le chemin de l'entraînement, elle qui courait beaucoup avec son papa, plus jeune, avant une blessure au genou. Même s'il ne s'agit que de 200 mètres, Amélie veut faire ça bien.

"J'espère être à la hauteur. Quand j'ai appris que j'étais sélectionnée, j'ai regardé la liste des autres porteurs de flammes et je me suis demandé pourquoi moi ? Je suis toute petite dans ce grand monde !" 

Ces dernières années, la commune a financé des installations sportives telles qu'un city stade, des équipements de musculation ou encore un parcours santé. Des appareils et lieux qui manquaient aux plus jeunes comme aux adultes. Un projet ambitieux financé à 80% par les collectivités et l'Etat qui a valu à Saulx d'obtenir l'appellation "Terre de Jeux". Ouvrant la porte à une candidature pour participer au relais de la Flamme. 

Pour Amélie, il va falloir attendre le 12 mars avant de connaître l'endroit dans le Doubs où se déroulera le relais, le 25 juin prochain. Elle espère que cela ne sera pas trop éloigné de Saulx, pour permettre aux enfants de l'école et à ses proches d'aller l'encourager. "J'aimerais beaucoup courir à Besançon, c'est la ville où j'ai fait mes études, ce serait génial de revenir là-bas."

En attendant, Amélie va continuer de proposer avec les équipes du Périscolaire des animations sur le thème des Jeux Olympiques pendant le reste de l'année.

Et puis, après le 25 juin, il y aura un autre grand moment pour notre porteuse de flamme, l'organisation des "Olympiades Vertes", du nom de la Communauté de Communes du Triangle Vert dont fait partie Saulx. "Nous allons organiser plein d'ateliers sportifs pour les enfants, avec des remises de médaille, c'est vraiment le grand rendez-vous de l'année pour tout le monde"!