Violences conjugales : la judokate Margaux Pinot se défend sur les réseaux sociaux après la relaxe de son compagnon Alain Schmitt

Publié le Mis à jour le
Écrit par Rachel Rodrigues
La judokate haut-saônoise Margaux Pinot a investi Twitter et Instagram pour raconter sa version des faits de la nuit du samedi 27 au dimanche 28 novembre, durant laquelle elle affirme avoir reçu plusieurs coups de la part de son compagnon Alain Schmitt.
La judokate haut-saônoise Margaux Pinot a investi Twitter et Instagram pour raconter sa version des faits de la nuit du samedi 27 au dimanche 28 novembre, durant laquelle elle affirme avoir reçu plusieurs coups de la part de son compagnon Alain Schmitt. © SERGEI GAPON / AFP

A la suite de sa comparution immédiate mardi 30 novembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny, l'ancien judoka Alain Schmitt a été relaxé.

Place à la justice populaire. Après que son compagnon et ancien entraîneur Alain Schmitt a été relaxé mardi 30 novembre par le tribunal correctionnel de Bobigny, la judokate Margaux Pinot a investi les réseaux sociaux pour faire valoir sa version des faits. 

L'entraîneur avait été arrêté dimanche, vers 2 heures du matin et placé en garde à vue pour des suspicions de violences conjugales survenues dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 novembre au domicile de l'athlète, au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. 

"J'ai cru mourir"

Sur ses réseaux sociaux (Instagram et Twitter), la judokate a posté ce mercredi 1er décembre une photo d'elle après les faits (attention, les images peuvent choquer). On la voit le visage tuméfié et plein de coups. 

Dans la publication qui accompagne la photo, elle y décrit sa nuit du 27 au 28 novembre. "J'ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises. Et finalement étranglée."

"J'ai cru mourir, j'ai réussi à m'enfuir pour me réfugier chez mes voisins qui ont immédiatement appelé la police", poursuit-elle. Margaux Pinot donne également des informations sur son état. "J'ai plusieurs blessures dont une fracture au nez et 10 jours d'Interruption temporaire de travail."

Se rendre justice

La publication sur Instagram ainsi que les quelques tweets publiés sur son compte font suite à la décision prise par le parquet de Bobigny mardi 30 novembre dans la soirée. A coups de séries de questions rhétoriques, Margaux Pinot s'indigne de la décision prise par la justice. 

Que vaut leur défense calomnieuse face à mes blessures, et le sang jonchant le sol de mon appartement ? Que manquait-il ? La mort au bout, peut-être ?

Margaux Pinot, judokate

Twitter, le 1er décembre 2021

Le soutien de ses coéquipiers 

Retweeté plus de 11 000 fois, sa publication n'a pas tardé à susciter des réactions. Le judoka français Teddy Riner s'est notamment exprimé, en apportant son soutien à Margaux Pinot. 

Quelques heures plus tôt, sa coéquipière Clarisse Agbégnénou, médaillée d'or des derniers Jeux Olympiques de Tokyo, avait également apporté son soutien à la judokate. 

Le parquet de Bobigny a annoncé mercredi 1er décembre faire appel de la relaxe d'Alain Schmitt. Il avait requis un an de prison avec sursis pour "des violences très graves, même pour un primo-délinquant".

Les violences conjugales ont concerné pas moins de 159 400 personnes tous sexes confondus, en 2020. Parmi elles, 139 200 sont des femmes, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur.

En cas de violences conjugales, il est possible d'appeler le 3919, le 17, le 112 ou envoyer un SMS gratuitement au 114. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.