La judokate Margaux Pinot agressée : son compagnon Alain Schmitt relaxé par la justice

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Franche-Comté avec AFP
La judokate de 27 ans avait porté plainte contre son compagnon pour des violences conjugales qui se seraient déroulé dans la nuit du 27 au 28 novembre.
La judokate de 27 ans avait porté plainte contre son compagnon pour des violences conjugales qui se seraient déroulé dans la nuit du 27 au 28 novembre. © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

La judokate haut-saônoise Margaux Pinot avait porté plainte contre son compagnon et ex-entraîneur, Alain Schmitt, pour violences conjugales commises dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 novembre.

Les faits avaient eu lieu dans la nuit du 27 au 28 novembre dernier. La judokate, originaire de la Haute-Saône s'était réfugiée chez sa voisine pour alerter les autorités des coups qu'elle affirmait avoir reçu au visage de son compagnon, Alain Schmitt.  

L'ancien judoka Alain Schmitt a finalement été relaxé ce mardi 30 novembre par le tribunal correctionnel de Bobigny. L'entraîneur avait été arrêté dimanche, vers 2 heures du matin et placé en garde à vue dans le commissariat de la ville, en attendant de passer en comparution immédiate. 

Deux versions différentes

Pendant l'audience, des versions contradictoires se sont succédé. Alors que pour Alain Schmitt, les coups relevaient d'une dispute qui aurait éclaté entre les deux amants, Margaux Pinot a, elle, décrit sa "peur" face aux coups de poing qu'elle avait reçus ce soir-là, dans son appartement du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. 

"C'était pas un combat de judo, c'était des coups de poing", a notamment affirmé la judokate pendant l'audience, le visage tuméfié par les bleus qui marquaient ses yeux. "J'ai jamais frappé une femme de ma vie, c'est n'importe quoi", s'est quant à lui défendu l'ancien judoka.

En fin de soirée, le tribunal a décidé de relaxer l'ancien judoka. "Un tribunal n'est jamais là pour dire qui dit la vérité et qui ment. En l'occurrence, nous n'avons pas assez de preuves de culpabilité. Le tribunal vous relaxe", a déclaré à l'accusé la présidente du tribunal, d'après des informations de l'AFP. 

Le parquet avait requis un an de prison avec sursis pour "des violences très graves, même pour un primo-délinquant".

Double championne d'Europe

Native de Besançon, Margaux Pinot a notamment été formée au Cercle de Judo de Vesoul. Après avoir décroché l'argent aux championnats d'Europe de Varsovie, en 2017, et le bronze aux championnats du monde de Tokyo, en 2019, elle est sacrée championne d'Europe, en 2020. 

Pas plus tôt que cet été, elle a également décroché la médaille d'or en équipe lors des Jeux Olympiques de Tokyo. 

Ancien membre de l'équipe de France de judo et plusieurs fois médaillé en France et dans des compétitions internationales, Alain Schmitt s'était reconverti en tant qu'entraîneur à l'issue de sa carrière. 

Il avait également annoncé il y a deux semaines dans une interview donnée au média spécialisé L'esprit du judo, qu'il était sur le point de devenir l'entraîneur de l'équipe nationale d'Israël féminine. 

Les violences conjugales ont concerné pas moins de 159 400 personnes tous sexes confondus, en 2020. Parmi elles, 139 200 sont des femmes, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur.

En cas de violences conjugales, il est possible d'appeler le 3919, le 17, le 112 ou envoyer un SMS gratuitement au 114. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.