Hôpital : les mesures du plan d’urgence dévoilées

© @SAMEER AL-DOUMY / AFP
© @SAMEER AL-DOUMY / AFP

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre de la Santé Agnès Buzyn ont détaillé les mesures du "plan d’urgence" ce mercredi matin. Ces annonces interviennent après huit mois de grève au sein du service public hospitalier.
 

Par Amandine Plougoulm

Les premières mesures ont été dévoilées ce mercredi matin par le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Elles visent à répondre "à la colère et au désarroi" du personnel hospitalier, qui alerte depuis plusieurs mois sur ses conditions de travail et le manque de moyens.
 

Primes pour les personnels

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a égrené une série de mesures immédiates pour rendre les carrières "plus attractives". Elle a annoncé qu’une prime annuelle de 800 euros net allait être attribuée de manière "pérenne" à quelque 40.000 infirmiers et aides-soignants vivant à Paris et sa proche banlieue et gagnant moins de 1.900 euros par mois. 

Par ailleurs, une prime annuelle de 300 euros "pourra bénéficier à 600 000 professionnels de santé" sur l'ensemble du territoire. 
 

Coup de pouce d’1,5 milliard d’euros pour l'hôpital 


Le budget des hôpitaux va  bénéficier d'un coup de pouce d'1,5 milliard d'euros sur trois ans. Quelque 300 millions vont être investis dès 2020. Cette augmentation va être proposée la semaine prochaine, dans le cadre du projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale. 
 

Reprise partielle de la dette des établissements


L’Etat s’est enfin engagé à reprendre une partie de la dette des hôpitaux. Dix milliards d’euros vont ainsi être repris sur trois ans, afin de "restaurer l’équilibre financier des établissements". D’après l’Insee, la dette des hôpitaux publics s’élève à 33 milliards d’euros. Cet allégement devrait permettre de "moderniser les hôpitaux actuels". 
 

Manifestation nationale prévue le samedi 30 novembre


Ce plan urgence souhaite "redonner de l'oxygène à la communauté des soignants", selon le Premier ministre Edouard Philippe, alors que le collectif Inter-Hôpitaux a annoncé une nouvelle manifestation nationale le samedi 30 novembre. Les internes en médecine ont également prévu d’entamer une grève illimitée à partir du 10 décembre pour dénoncer la dégradation des soins. 

 

Les réactions à Dijon


A Dijon, syndicats et personnels de santé sont toujours insatisfaits par ces mesures annoncées. Pour eux, les moyens mis en place sont encore trop faibles. La colère est donc toujours bien présente.


Le reportage de Romane VIALLON, Romy HO-A-CHUCK, Patrick GENEVOIS et Patrick JOUANIN avec
Eric Buisson, secrétaire général CG CHU Dijon
François Thibault, permanent syndical CGTCHU Dijon
Carole Venin, secrétaire générale adjointe FO CHU Dijon
Dr Christophe Avena, médecin urgentiste - conseiller départemental de la Côte d’Or (PS)
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus