Peugeot : chute à la bourse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine EME-ZIRI

Difficultés d'approvisionnement au Japon, hausse des matières premières : le cours Peugeot connait une forte baisse

video title

Peugeot : chute à la bourse

Malgré des résultats financiers satisfaisants, Peugeot a chuté aujourd'hui à la bourse. en cause : des difficultés d'approvisionnement avec le Japon et la hausse des matières premières.

Le cours de l'action Peugeot a plongé aujourd'hui à la bourse de 7,61%, la plus forte baisse de la journée.

Le groupe a certes publié des résultats en hausse sur le premier semestre avec

un bénéfice net qui a progressé de 18,5% à 806 millions d'euros et un chiffre d'affaires

qui a augmenté de 9,7% à 31,1 milliards d'euros.

Mais, "ces résultats restent en demi-teinte", a souligné Florent Couvreur, analyste

pour CM-CIC Securities. 

  "Le cash-flow (trésorie, ndlr) reste faible sur le premier semestre et les perspectives

de la division automobile pourraient se dégrader sur la fin de l'année", a-t-il

expliqué.

 Le séisme qui a frappé le Japon en mars et perturbé la production automobile mondiale

pourrait en effet avoir un nouvel impact négatif au second semestre de 100 millions

d'euros, selon le constructeur qui continue à connaître des difficultés d'approvisionnement

sur certaines pièces en provenance de l'archipel nippon.

 Peugeot subit aussi la hausse des prix des matières premières et anticipe désormais une répercussion négative de 700 millions d'euros sur l'année contre 500 millions prévus jusqu'ici.

 Son plan de performance ne lui permettra de compenser que partiellement cette

dégradation, reconnaît-il.

Les raisons de la chute

Premier constructeur français et numéro deux en Europe, PSA a chiffré à 366 millions

d'euros l'impact négatif de la hausse des prix des matières premières sur ses finances

au premier semestre, et revu à la hausse l'addition attendue pour toute l'année,

à 700 millions contre 500 millions prévu jusqu'ici.

 Le groupe continue également de souffrir des difficultés d'approvisionnement sur

certaines pièces fabriquées au Japon, qui lui ont déjà coûté 147 millions depuis

le séisme et le tsunami du 11 mars.

 Son directeur financier, Frédéric Saint-Geours, estime qu'elles devraient se résorber

à l'automne. "Je pense qu'il n'y aura pas de conséquences au delà (de 2011)", a

renchéri le président du directoire, Philippe Varin. Mais PSA table sur une addition

de 100 millions supplémentaires sur le deuxième semestre.

 Avec plus de 60% de ses véhicules vendus en Europe, le constructeur pâtit également

de son "exposition sur des marchés difficiles (...): la France, l'Italie, l'Espagne

notamment", qui s'effondrent depuis la disparition de la prime à la casse.

 Malgré l'amélioration de ses résultats semestriels, PSA est resté du coup prudent

mercredi sur ses prévisions pour l'ensemble de l'année, qu'il a laissées inchangées.

 Sur les six premiers mois de 2011, le groupe a engrangé un bénéfice net en hausse

de 18,5% à 806 millions d'euros. Son bénéfice opérationnel courant a gagné 1,8%

à 1,16 milliard et son chiffre d'affaires 9,7% à 31,1 milliards.

 Le bénéfice opérationnel courant de sa division automobile (la plus importante)

a en revanche reculé à 405 millions.

 Pour 2011, PSA prévoit un résultat opérationnel courant supérieur à celui de l'an

dernier (1,8 milliard d'euros) et un flux de trésorerie "proche de l'équilibre".

Mais les économies réalisées grâce au plan de performance du groupe ne suffiront

pas à compenser les effets négatifs et le résultat d'exploitation de la division

automobile sera inférieur à celui de l'an passé.

 "On aurait bien sûr aimer vous présenter des prévisions plus optimistes", s'est

excusé M. Varin, mais la situation "nous conduit naturellement à une estimation

prudente".

Les nouveaux modèles en sauveurs ?

 "Il ne faut pas se cacher qu'il y a eu des vents contraires nettement supérieurs

à ce que nous avions prévu en début d'année", a reconnu Frédéric Saint-Geours.

 Philippe Varin a mis en avant les bonnes performances des autres activités du

groupe (l'équipementier automobile Faurecia, détenu à 57,43%, le groupe de logistique

Gefco et la banque PSA Finance) et les progrès accomplis dans son plan stratégique.

 Les marques Peugeot et Citroën poursuivent leur montée en gamme avec notamment les nouveaux modèles 508, 3008, DS3 et DS4. Le constructeur poursuit aussi sa stratégie d'internationalisation et veut toujours vendre 50% de ses véhicules hors d'Europe d'ici 2015.

 Sur l'avenir des sites français de Sevelnord (Nord) et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis),

M. Varin s'est contenté de répéter qu'une éventuelle fermeture, évoquée dans un

document interne dont la révélation par la CGT a fait grand bruit, n'était pas

d'actualité.

  D'après AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité