• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

43 hectares, entre les communes de Gy et Charcenne. C'est là que Xavier Guillaume produit ses vins de pays, qu'il exporte dans le monde entier. Les vendanges sont un moment décisif. 

© Adrien Gavazzi, France 3 Franche-Comté
© Adrien Gavazzi, France 3 Franche-Comté

 

Xavier Guillaume est un homme pressé. Comme son raisin. Débordé, plutôt.

Pour ce viticulteur installé à Charcenne en Haute-Saône, tout s'accumule ce mardi : les vendanges, qui ont démarré le matin même ; et la mise en bouteilles de sa cuvée 2016.

150 000 flacons virevoltent dans tous les sens. Nettoyés, remplis, bouchés, paquetés, triés.

Certains iront agrémenter les caves de notre région ; d'autres sont destinés à l'export. « Entre les deux, on sait pas faire », s'amuse-t-il.

Vous aurez plus de chance de trouver mes bouteilles à Londres qu'à Paris ou Marseille ! 


Londres, mais aussi Tokyo, Washington, Ottawa. Pas mal pour une petite appellation d'à peine quinze vignerons, « vin de pays de Franche-Comté », encerclée par ses prestigieux voisins bourguignon, champenois et alsacien ! 


Mise en bouteilles - vignoble Guillaume

 

Un ouvrier qui a de la bouteille

 

Cette manière de faire industrielle a de quoi surprendre à Charcenne. Nous sommes dans un village d'à peine 400 habitants, dominé par les collines, les tuiles rouges et une vieille chapelle romane. 

Xavier Guillaume l'assure : ici, sa famille travaille la vigne depuis 1732...

Charcenne, un village si tranquille

 

Contrechamp

Mais ceux qui travaillent le plus, aujourd'hui, s'appellent Béatrice, Gilles, ou Fatima. Près de 50 employés, saisonniers pour la plupart.

Sécateur à la main, on voit à peine leur visage dépasser des rangées de vignes, qui semblent s'étendre à l'infini. 
















Des sourires en travaillant : la bonne ambiance des vendanges

 

Ici, on souffre, mais dans la bonne humeur. Sauf peut-être pour ce saisonnier, qui a préféré quitter son poste deux heures après avoir commencé. Trop dur.

« Les deux ou trois premiers jours sont les plus difficiles, il faut que le corps s'habitue à l'effort », souffle Gilles, 52 ans.

Le soir, on est bien contents de se reposer dans notre canapé, mais le lendemain arrive vite !



Vendanges - vignoble Guillaume

 

Vendanges - vignoble Guillaume

 

Les premiers raisins récoltés serviront à produire du mousseux. Mais Xavier Guillaume est loin de s'arrêter là.

Il énumère les cépages qui composent ses parcelles : chardonnay, savagnin, trousseau, cabernet franc, merlot, gamay, carménère.

Et ce n'est pas fini : sangiovese, barbera, arrivés tout droit d'Italie... En tout, près de 260 variétés !

Nous sommes le troisième producteur mondial de pieds de vignes ! 

Premier jour de vendanges, premiers efforts

 

2017, un bon millésime ?

A cause du gel, la récolte s'annonce faible cette année. Si faible qu'elle ne suffira pas à rentabiliser les vendangeurs.

Mais « si on n'approvisionne pas nos fournisseurs, c'est pire », estime Xavier Guillaume. Il faut donc vendanger, y compris dans les parcelles qui ne dépasseront pas 10 % de rendement. 

En revanche, la qualité devrait être au rendez-vous : l'été a été sec. Rendez-vous l'année prochaine, pour la dégustation ! 
© Adrien Gavazzi, France 3 Franche-Comté
© Adrien Gavazzi, France 3 Franche-Comté