A quoi rêvent les ouvriers ? : quand des salariés d’une usine en liquidation décident de sauver leur outil de travail

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nathalie Zanzola .

Quand les ouvriers de la fonderie d’aluminium MBF située à Saint-Claude dans le Haut-Jura apprennent la liquidation de leur usine, ils décident de la reprendre en coopérative. Un long parcours suivi par Bernard Boespflug, le réalisateur de ce documentaire.

L’histoire se déroule à Saint-Claude dans le Haut-Jura, à la fonderie MBF (Manzoni-Bouchot Fonderie) qui fabrique des pièces de moteur pour les constructeurs automobiles, dont Renault et PSA.



Le documentaire "A quoi rêvent les ouvriers ?" de Bernard Boespflug suit le combat acharné de Nail, Savério, Isabelle, Pascal, Koray, Dalila et tant d’autres salariés pour sauver leur outil de travail.

La fonderie MBF, la dernière grande usine de Saint-Claude

Depuis près de 70 ans, cette usine compte dans l’économie mais aussi dans l’histoire de cette petite commune.

Saint-Claude fait partie de ces villes qui ont été façonnées par leur industrie.

La taille du diamant et la fabrication de pipes en bruyères ont fait sa renommée dès la fin du 19ème siècle, puis dans les années 1960 la plasturgie a occupé une grande place.

A partir des années 1980, la ville subit la désindustrialisation.

La démographie en pâtit, de presque 14 000 habitants en 1975, elle compte aujourd’hui 9 000 habitants.

La fonderie MBF est la dernière grande usine de cette ville. Elle est un symbole, non seulement économique mais aussi culturel de l’histoire de Saint-Claude et de son identité.

Dans les années 2000, un habitant sur cinq vit plus ou moins directement de cette usine, qui compte alors un millier de salariés.



En juin 2021, le Tribunal du commerce de Dijon prononce la liquidation judiciaire de la fonderie MBF. Douloureuse conclusion de mois de combat, depuis le placement en redressement judiciaire, le 4 novembre 2020. Les salariés font appel de la décision et, de retour à l’usine, bloquent tout accès au site.

Dans un bassin d’emplois déjà très sinistré, la fermeture ce n’est pas seulement le licenciement de 270 salariés, mais aussi celui des intérimaires et le carnet de commandes vide pour les sous-traitants.

C’est tout l’équilibre économique et démographique du territoire qui est en jeu. La fermeture d’une usine aussi importante est vécue d’autant plus durement qu’aucune perspective n’est apportée à la ville.

Sauver les emplois en créant une coopérative 

Les ouvriers de la fonderie ne veulent pas disparaître !

Ils ont un projet depuis que le tribunal a prononcé la liquidation : créer une SCOP (Société Coopérative Ouvrière de production) et racheter les actifs de la fonderie. Un projet qui ne fait pas l’unanimité au sein de l’usine.

Une centaine de salariés s’inscrivent dans cette perspective.

A travers la SCOP on peut démontrer à nos clients qu’on est capables, même sans patron, de s’en sortir et de faire notre métier

Savério

Ils doivent se muer en financiers, en planificateurs industriels, en dirigeant d’entreprises.

C’est une révolution culturelle profonde et leur rapport au travail est totalement bouleversé. Devenir propriétaire de l’outil de travail change radicalement le point de vue sur l’usine.

Dans la coopérative on a chacun notre spécialité, nos compétences mais on est surtout complémentaires les uns des autres

Isabelle

L’écriture de ce projet industriel n’est pas un exercice aisé pour eux mais il est fondamental pour que les clients historiques leur fassent confiance et puissent continuer à travailler avec eux.

La forme juridique de la future entreprise ne sera véritablement créée que lorsque les constructeurs automobiles (anciens clients de MBF) valideront ce projet. Le carnet de commandes était plein jusqu’en 2025, Ils demandent donc à Renault et PSA d’honorer ces commandes, le temps nécessaire à la coopérative de diversifier sa clientèle.

En octobre 2021 le constat est amer pour Nail, élu du personnel et très impliqué dans la création de la SCOP. En se basant sur le niveau de baisse des commandes des différents constructeurs automobiles (environ 30%) le chiffre d’affaire potentiel serait de 7 millions d’euros, une énorme différence avec les 20 millions générés auparavant.

La fin des illusions

Le 14 décembre 2021, la cour d’appel de Dijon confirme la liquidation de la fonderie MBF et met fin à tout espoir de reprise pour ses salariés.

Suite à cette annonce, les constructeurs Renault et PSA envoient un courrier pour se désengager du projet de la reprise de la fonderie

Le plus difficile pour tous ceux qui ont travaillé sur la construction de ce projet c’est l’espoir donné par les constructeurs pendant toute la construction de la SCOP.

Nous laisser espérer jusqu’au jour du tribunal et nous dire à la fin "on ne peut rien faire pour vous"…le mal, il est là ! On a l’impression d’avoir été trompé, dupé…

Nail

Le film "A quoi rêvent les ouvriers ?" s’inscrit dans une réflexion sur le travail et sa place dans notre société à travers la parole de ceux qui sont directement concernés et souvent qualifiés "d’invisibles" car derrière les licenciements il y a des visages, des histoires de vie et des rêves.

"A quoi rêvent les ouvriers ?", un film de Bernard Boespflug

Coproduction Comic Strip et France Télévisions

Diffusion jeudi 1er décembre à 22h55 et lundi 5 décembre à 9h05

♦ A retrouver en replay sur notre page des documentaires

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité