Cet article date de plus de 7 ans

Elisa Detrez : "Je vous écris d'Australie..."

La jurassienne Elisa Detrez a gagné le concours du "Best Job of the World". Depuis quatre mois, elle est park ranger en Australie. Vous rêviez d'îles, et de soleil ?.. En voilà. 
Elisa Detrez pour six mois en Australie
Elisa Detrez pour six mois en Australie © Blog d'Elisa : Maxime Coquard
Les concours mènent à tout. Celui du meilleur job du monde a conduit Elisa en Australie. Par mail, la jeune femme des Molunes dans le Haut-Jura nous donne des ses nouvelles. 

Comment allez-vous d'abord ?

Tout va bien merci :-)

Depuis votre arrivée en Australie que vous a fait découvrir ce job de park ranger ?


Énormément de choses. Chaque jour est unique. J'ai la chance de beaucoup voyager et d'aller à la rencontre des park rangers sur leur lieu de travail, les parcs nationaux et les réserves naturelles. C'est donc une expérience très riche pour quelqu'un qui découvre le pays, comme moi. J'en apprends beaucoup sur la nature, la géologie mais aussi les animaux endémiques à l'Australie (il y a de quoi faire dans ce domaine). Chaque ranger a un travail assez différent en fonction du parc dans lequel il travaille (aménagement d'infrastructures pour les zones les plus touristiques, gestion des incendies, contrôle de la végétation, éradication des espèces portant préjudices à la faune et la flore locale, protection des fonds marins...et bien d'autres !)

Sur la plage de Stradbroke en Australie
Sur la plage de Stradbroke en Australie © Blog d'Elisa : Maxime Coquard


En quoi consiste en ce moment votre quotidien ?


Je viens de passer deux mois dans la zone tropicale du nord Queensland, où j'ai exploré les différents types de forêt tropicale dont la Daintree qui est la plus vieille du monde ! Cette région recense deux des plus riches écosystèmes au monde : la Grande Barrière de Corail et la forêt tropicale de la Daintree. Habituée aux forêts du Haut Jura et à ses lacs, j'ai été "un peu" dépaysée par ces arbres géants, et par les coraux multicolores !

Hier, j'ai participé à un programme de conservation qui s'appelle TREAT. Des bénévoles se regroupent chaque semaine pour planter des arbres et participer à la reforestation de la forêt vierge. Super intéressant et beau de voir le lien entre locaux à la nature qui les entoure.

J'ai aussi participé au comptage des nids d'oiseaux sur une micro île de la Grande barrière, un lieu important pour les oiseaux migrateurs. Incroyable des milliers d'oiseaux nichent et co-habitent avec les touristes venant plonger et explorer ce coin de paradis. Grâce à un tourisme responsable et contrôlé, cela est possible.


Et dans les prochaines semaines ?


Je pars maintenant plus au sud, dans la région magnifique des Whitsundays, vous savez la photo typique de cartes postales australiennes : grande plage de sable blanc, eau turquoise et voilier. C'est un des clichés australiens la plage et les îles, ça promet d'être magnifique, mais ne vous y trompez pas je n'y vais pas pour me faire bronzer ! Je vais aller observer l'éclosion des oeufs de tortues et les aider à rejoindre la mer sans se faire dévorer. Ou encore étudier la réglementation dans les réserves maritimes pour contrôler la pêche et protéger les Dugongs un animal très spécifique, un genre de lamentin.

Chez nous l'automne pointe le bout de son nez, et là-bas ?


Ici à Cairns, c'est tropical, la saison humide arrive et fait suite aux six mois secs. Peut être quelques cyclones à venir... c'est pour ça qu'il est temps pour moi d'aller plus au sud où l'été débute. Tout est inversé ici. Et le Queensland est si grand qu'il y a différents climats ( tropical, tempéré, semi désertique...).

Elisa Detrez, park ranger en Australie
Elisa Detrez, park ranger en Australie © Blog d'Elisa : Maxime Coquard


Réalisez-vous l'aventure que vous vivez ?


Oui quand même, on me dit régulièrement en rigolant (ou pas) que l'on me déteste !!! Ce n'est pas toujours facile !. Mais c'est génial, on s'occupe très bien de moi et mon copain. Il a la chance de pouvoir me suivre dans la majorité de mes expéditions en échange de photos ( il est photographe). Je réalise que je vois et fais des choses que très peu de gens ont la possibilité d'expérimenter dans leur vie. Oui, je suis consciente de mon incroyable chance !

 

Votre Haut-Jura vous manque t-il ? 


Au milieu d'un parc naturel semi désertique pendant une semaine, je rêvais de la fraîcheur et verdure de mon Haut Jura, c'est sûr ! Mais parfois je visite des régions qui y ressemble étrangement, comme les Wet Tropics au nord de Cairns, un haut plateau très vert, vallonné avec la montagne la plus haute du Queensland. Le Mont Bartle Frere culmine à quelques 1600 mètres, un peu les Monts Jura avec les volcans en plus !. Les fromages me manquent aussi...heureusement que mes parents m'ont fait une livraison de Comté. ! Le Bleu n'aurait pas tenu le coup...dommage.

Comment gardez vous le contact avec vos proches en France ?


Une grande partie de mon travail consiste à tenir un blog et d'être active sur les réseaux sociaux. Donc il est très simple pour mes proches de suivre toutes mes aventures. D'ailleurs, je pense que mes parents n'ont jamais été aussi au courant de ma vie depuis bien des années et cela même à 15 000 km ! Et puis avec Skype et autre, c'est très pratique.

Pensez-vous déjà à l'après ? Que ferez vous au retour ?


Tout le monde me pose cette question fatidique, mais moi j'essaie de profiter du présent, pour vivre à 300% cette aventure extraordinaire. Je vous avoue avoir guère le temps d'y penser, mon emploi du temps est très chargé.

Suivre les aventures d'Elisa


Sa page Facebook :
Son Blog
Son comte Instagram&twitter :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société